AccueilFinancesSiparex annonce une bonne année 2015

Siparex annonce une bonne année 2015

Avec 1,5 Md€, sous gestion, le groupe lyonnais franchit un cap. Bertrand Rambaud évoque une année record pour les investissements et les cessions, dans un environnement plutôt favorable aux entreprises.
Siparex annonce une bonne année 2015
© : DR - Bertrand Rambaud : "En 5 ans, Siparex a levé 840 MEUR"

EconomieFinances Publié le ,

« Avec 1,5 Md€ sous gestion, Siparex fait désormais partie des cinq plus grands acteurs français en capital investissement », évoque dans un large sourire Bertrand Rambaud, président du groupe lyonnais. L’activité midmarket dynamise les investissements qui ont atteint 148 M€ en 2015. L’apport du fonds XAnge PE, acquis dans le courant de l’année, se monte à 24 M€. Le rythme d’investissement annuel reste soutenu, à hauteur de 70 à 80 M€, contre 50 à 40 M€ les années précédentes. Siparex a désormais les moyens d’investir des tickets unitaires jusqu’à 25 M€. L’activité mezzanine, lancée en 2015, a levé 85 M€ pour un objectif à 80 M€. Deux deals ont été menés auprès d’une entreprise parisienne et une autre qui souhaite rester discrète. Le montant des cessions s’affiche à 200 M€, contre 115 M€ en moyenne pour les trois précédentes années. Comme pour les investissements, le midmarket est un marché actif. Les cessions ont représenté 102 M€.
Sur un marché où la liquidité est bien présente, le niveau record des levées de fonds est à noter. En 2015, Siparex a collecté 243 M€, dont 120 M€ pour le pôle régional. En 5 ans, Siparex aura levé 840 M€.;Investissant dans les secteurs traditionnels de l’industrie, du commerce ou des services, le fonds lyonnais se tourne aussi vers les nouvelles technologies. Le rapprochement avec XAnge PE, expert du digital, apporte une nouvelle expertise.
Si la région Auvergne Rhône-Alpes est au cœur de la stratégie de Siparex, s’ouvrir à l’international dotera le fonds de compétences complémentaires pour ses entreprises sous gestion. Le nouveau fonds de co-localisation franco-tunisien (FCFT) illustre cette nouvelle orientation. Il vise à ’investir dans des entreprises des deux côtés de la Méditerranée et de créer des synergies entre elles. D’autres projets de ce type sont à l’étude sur la zone africaine pour favoriser les relations économiques entre deux pays et soutenir les ambitions internationales d’entreprises à potentiel.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?