AccueilCollectivitésSERL : aménageur incontournable de la scène lyonnaise

SERL : aménageur incontournable de la scène lyonnaise

L’origine de la Société d’Equipement du Rhône et de Lyon (SERL) remonte aux besoins en reconstruction pour la France d’après-guerre.

Collectivités Publié le ,

La Caisse des Dépôts crée la société SCET (Services, Conseil, Expertise et Territoires) qui gère alors des succursales dans tout le pays. Pour plus d’efficacité locale, des SEM sont finalement fondées avec les collectivités. Ainsi naît la SERL en 1957. Sa première opération n’est autre que La Duchère, suivie de près par le quartier Moncey, la Part Dieu et le Tonkin. Pendant des décennies, la SERL va être le bras armé de ses collectivités actionnaires : le Conseil général du Rhône, les villes de Lyon et Villeurbanne, remplacées en 1969 par la Communauté urbaine. La SERL vit des commandes directes jusqu’à la réforme entamée en 2005 sous l’impulsion de l’Union européenne et commandant à la France de mettre les SEM en concurrence. « Cela n’a pas été évident pour les élus, se souvient le président de la SERL, Jean- Luc da Passano. Une vraie tempête. On a essayé de positiver. Nous nous sommes dit que nous n’étions pas mauvais et nous avons joué le jeu. Comme il était prévu que désormais l’aménageur prendrait le risque, nous avons tout de même pris trois précautions avec la signature d’un pacte d’actionnaires entre le Conseil général et le Grand Lyon, la création d’un comité d’engagement et celle d’un comité de suivi des risques. Et finalement, la concurrence ne nous a pas portés préjudice. Nous sommes même allés sur des opérations que nous n’aurions pas réalisé auparavant et de fait, nous avons remporté de nombreux marchés face à de grands opérateurs privés ». On peut d’ailleurs se demander comment la SERL parvient à remporter autant de projets. Elle est en effet omniprésente sur la région lyonnaise. Son directeur adjoint, Yves Molina, tempère cette impression tout en rapportant la bonne performance de la société : « En 2013, nous avons remporté la moitié des appels d’offre auxquels nous avons candidaté. Côté grands projets, il est vrai que nous en avons beaucoup mais certains nous échappent : je pense à la Zac du Triangle à Saint-Priest ou à la caserne Raby de Bron qui sont tombés dans l’escarcelle de l’Opac du Rhône ». Jean-Luc da Passano fait quant à lui remarquer que, depuis la crise de 2007/2008, les privés sont beaucoup plus frileux et deux fois moins nombreux à répondre aux appels des collectivités qu’auparavant. « Aujourd’hui, les privés nous font des demandes pour être co ou sous-traitant ». Il explique également que la taille de la SERL lui permet d’avoir toutes les compétences et que le montage des opérations par la SERL, qui ne travaille pas avec une nécessité de rendement immédiat, implique en général moins d’investissement pour la collectivité, ce qui aurait tendance à faire pencher la balance en sa faveur. Ce succès fait de la SERL l’une des principales SEM de France. Son activité accompagne chaque année 100 à 120 M€ d’investissement ! .../...


Lire la suite dans le Tout Lyon Affiches n° 5101 du samedi 17 mai 2014

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?