AccueilActualitéSociétéSEPL : transformation digitale et dynamique RH

SEPL : transformation digitale et dynamique RH

Réfléchir à la transformation digitale et dynamique des RH. Voilà ce que proposait le nouveau volet du think tank impulsé par la SEPL, enclin à générer des solutions et des échanges de bonnes pratiques entre les adhérents.
SEPL : transformation digitale et dynamique RH
LO

ActualitéSociété Publié le ,

Aujourd'hui, seulement 1 % des entreprises sont correctement staffées dans le domaine du digital. Cette donnée témoigne à elle-seule du chemin qui reste à parcourir pour des entreprises qui voient dans cette digitalisation un levier de croissance et une opportunité de modifier leur fonctionnement, au bénéfice de salariés qui viseraient, de leur côté, une montée en compétences. Si pour certains participants à ce think tank, organisé dans les locaux d'Orange (9 000 personnes en Auvergne-Rhône-Alpes) dans le 3e arrondissement lyonnais, « digitalisation n'est pas synonyme de transformation de l'entreprise », pour d'autres, elle en bouleverse sensiblement le fonctionnement. En particulier des RH et de la classe dirigeante. C'était l'objet de l'un des deux ateliers mis sur pied ce soir-là. Les protagonistes ont évoqué l'évolution des contours du métier de RH et de dirigeant sous les assauts du numérique, tout en précisant que cette transformation numérique renfermait des enjeux forts pour le recrutement et la fidélisation du personnel. De l'avis des présents, « il ne faut pas traiter, notamment dans les PME, la digitalisation et les RH, en occultant les autres paramètres de l'entreprise : l'adaptation et la gestion des locaux, le management, la fonction métier… On ne doit pas aborder le digital par l'outil mais bien le faire à partir d'une réflexion stratégique globale ». Le second atelier abordait la transformation numérique sous le prisme des salariés. Ces derniers, conscients de la mutation du marché du travail (fin du salariat au profit des « slasheurs » ?), semblent tiraillés par un paradoxe : jouir d'une indépendance et d'une autonomie accrues mais en attente parallèlement d'une forte sécurité de leur emploi.

Marie-Christine Chalus-Sauvannet, présidente de la Société d'économie politique et d'économie sociale de Lyon, et Nicolas Millet, vice-président, ont cornaqué cette séance qui servira, comme les suivantes, à alimenter un livre blanc sur la thématique.

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?