AccueilEconomieSaphirLab, un laboratoire dédié au saphir lancé à Lyon

SaphirLab, un laboratoire dédié au saphir lancé à Lyon

La collaboration entre l’Institut Lumière Matière, unité de recherche sous la tutelle de l’Université Claude Bernard Lyon 1 et du CNRS, et la société iséroise RSA Le Rubis vient d’aboutir à la création d’un laboratoire public/privé dédié au saphir.
SaphirLab, un laboratoire dédié au saphir lancé à Lyon
© Eric Le Roux - Université Claude Bernard Lyon 1 - Kheirreddine Lebbou, chercheur à l’Institut Lumière Matière, est directeur du SaphirLab.

Economie Publié le ,

SaphirLab, c'est le nom d'un laboratoire public/privé dédié au saphir créé à Lyon. "L’Institut Lumière Matière et RSA Le Rubis travaillent sur des projets conjoints depuis plus de 15 ans. C’est donc tout naturellement que nous avons candidaté au programme LabCom de l’Agence Nationale de la Recherche qui entend rapprocher les laboratoires d’organisme de recherche avec les TPE/PME ou ETI pour favoriser le transfert de savoir-faire", explique Kheirreddine Lebbou, chercheur à l’Institut Lumière Matière.

Le lancement du laboratoire commun SaphirLab sur le campus Lyon Tech-la Doua illustre concrètement ce partenariat entre la recherche publique et le monde de l’entreprise. Objectifs : innover dans les méthodes de fabrication, renforcer la compétitivité, développer des saphirs inédits, explorer de nouvelles applications... Réunissant 8 personnes de l’ILM et 6 collaborateurs de RSA Le Rubis, SaphirLab est financé par l’ANR à hauteur de 363 000 € sur 5 ans. "L’entreprise apporte la matière première pour une valeur d’environ 50 000 €", ajoute le chercheur de l’ILM.

SaphirLab, diversification dans le médical ou la défense

Utilisé dans l’horlogerie, la joaillerie, la microélectronique…, le saphir est une pierre précieuse fabriquée depuis plus d’un siècle grâce à une méthode de cristallisation appelée procédé Verneuil, avant que d’autres procédés soient développés. Le secteur de la cristallisation du saphir est une industrie à la fois lourde et très concurrentielle où de véritables améliorations sont possibles.

"SaphirLab vise notamment à concevoir des process plus économiques et plus productifs, à inventer de nouvelles couleurs de saphir et à améliorer la pureté des cristaux pour éviter les défauts comme les bulles", fait savoir Kheirreddine Lebbou.

De nouveaux débouchés pourraient s’ouvrir avec les céramiques pour le médical, l’aéronautique et l’aérospatial.

Le projet répond également à d’autres enjeux majeurs tels que la diversification des activités avec le positionnement sur de nouveaux marchés et le développement d’une offre de produits plus high-tech.

Jusqu’à présent très tournée vers l’industrie horlogère, RSA Le Rubis serait ainsi en mesure de proposer de nouvelles couleurs et une meilleure résistance pour les verres de montre.

D’autres marchés prometteurs sont également visés. "De nouveaux débouchés pourraient s’ouvrir avec les céramiques pour le médical, l’aéronautique et l’aérospatial. Les lasers haute puissance utilisés dans le traitement des tumeurs sont une autre application envisagée", partage le chercheur. SaphirLab devrait donc assoir un peu plus le leadership régional sur le saphir.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 21 mai 2022

Journal du21 mai 2022

Journal du 14 mai 2022

Journal du14 mai 2022

Journal du 07 mai 2022

Journal du07 mai 2022

Journal du 29 avril 2022

Journal du29 avril 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?