AccueilEconomieEntreprise de la semaineSanté : une start-up lyonnaise développe une neuroprothèse grâce à l'intelligence artificielle

Santé : une start-up lyonnaise développe une neuroprothèse grâce à l'intelligence artificielle

La start-up lyonnaise Kurage a développé une neuroprothèse, une solution basée sur l’intelligence artificielle et le machine learning pour rendre aux patients hémiplégiques, atteints de Parkinson ou de sclérose en plaques de gagner en autonomie.
Santé : une start-up lyonnaise développe une neuroprothèse grâce à l'intelligence artificielle
Kurage - L'équipe de Kurage.

EconomieEntreprise de la semaine Publié le ,

Une neuroprothèse permettant de piloter le corps grâce à un système d’intelligence artificielle : telle est la solution développée par Kurage, start-up lyonnaise lancée en 2020 et incubée, auparavant, à Pulsalys.

Concrètement, le patient enfile un vêtement intelligent doté de capteurs. Ces derniers sont reliés à un système d’intelligence artificielle, qui détecte les mouvements réalisés comme le ferait le cerveau. Ce système reproduit les capacités du système nerveux central puis les augmente.

Une neuroprothèse destinée en priorité aux patients hémiplégiques

Cette neuroprothèse s’adresse principalement aux patients hémiplégiques suite à un AVC (accident vasculaire cérébral), à ceux qui sont atteints de la maladie de Parkinson ou de sclérose en plaques. La solution peut également être utile après un cancer ou pour les personnes âgées en perte d’autonomie.

"A ses débuts, Kurage a également utilisé sa solution pour accélérer la récupération des patients atteints de formes sévères de Covid", explique Rudi Gambault, cofondateur de Kurage avec Amine Metani.

Ce dernier est ingénieur au CNRS (Centre national de recherche scientifique). Il a développé ce projet de neuroprothèse depuis 2019. Au-delà du CNRS, Kurage s’est appuyé sur l’Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale), les HCL (Hospices civils de Lyon) et le centre de rééducation du Val Rosay de Saint-Didier-au-Mont-d’Or.

La start-up lyonnaise Kurage veut accélérer

Aujourd’hui, la neuroprothèse Kurage est ainsi utilisée au Val Rosay et à l’hôpital Henry-Gabrielle, à Saint-Genis-Laval, mais également dans des structures médico-sociales. La start-up travaille également avec APF France Handicap pour perfectionner sa solution.

Kurage compte, à ce jour, 300 utilisateurs. "Nous aimerions passer d’un modèle B to B à un modèle B to C", explique Rudi Gambault.

Pourquoi ? Pour permettre aux patients d’accélérer leur retour à l’autonomie après leur passage en centre de rééducation. Aujourd’hui, la start-up compte 15 collaborateurs. Elle a enregistré, en 2021, un chiffre d’affaires de 200 000 euros. Et vise un chiffre d’affaires à 800 000 euros en 2022.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 25 juin 2022

Journal du25 juin 2022

Journal du 18 juin 2022

Journal du18 juin 2022

Journal du 11 juin 2022

Journal du11 juin 2022

Journal du 04 juin 2022

Journal du04 juin 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?