AccueilArt de vivreEvasion / TourismeSaint-Gervais Mont-blanc, reine des stations quatre saisons

Saint-Gervais Mont-blanc, reine des stations quatre saisons

Saint-Gervais Mont-blanc, reine des stations quatre saisons

Art de vivreEvasion / Tourisme Publié le ,

De son « vrai » nom, Saint-Gervais-les-Bains, la commune dispose d'une belle offre de thermalisme, qui se remet lentement de la pandémie. Le patrimoine est fourni, entre autres, de la riche histoire des églises et chapelles baroques. Restaurées, comme la superbe église de Saint-Nicolas-de-Véroce (hameau de Saint-Gervais) ou en cours de restauration, ces édifices se visitent, mais il faut commencer par le musée d'art sacré, pour bien comprendre le contexte humain du pays du Mont-Blanc au fil des siècles, son émigration des colporteurs, ses chefs d'œuvre de la Contre-Réforme…

La nature, faut-il la présenter ? Oui, certainement, car c'est une nature montagnarde victime de son succès. Jean-Marc Peillex, le « maire du Mont-Blanc », s'évertue depuis de longues années à préserver la sécurité des alpinistes et la préservation des sites naturels, en composant avec les 20 à 30000 personnes (selon les années) qui tentent l'ascension du toit de l'Europe.

Si l'on n'est pas alpiniste, le tramway du Mont-Blanc permet aux simples marcheurs d'avoir accès au pied du glacier de Bionnassay, d'approcher marmottes et bouquetins…

www.saintgervais.com

Un parking pas comme les autres

Un simple parking de béton dans un décor naturel aussi grandiose eut été tristounet, c'est pourquoi la mairie de Saint-Gervais a confié à plusieurs artistes le soin de peindre le béton en couleurs et en noir et blanc, avec moult trompe-l'œil, illusions d'optique, et autres explosions de couleurs. Le parking se visite étage par étage, presque comme un musée, plus visuel bien sûr aux heures où il y a moins de voitures.

Accès Saint-Gervais, centre-ville

©ES

Hébergement / La Ferme de Cupelin

Une ferme de caractère chaleureuse, un couple accueillant, avec Romain aux fourneaux et Olivia en salle et à l'hôtel, telle est la Ferme de Cupelin, sur ce coteau qui surplombe Saint-Gervais. Toutes différentes, les 7 chambres offrent des vues splendides, une déco soignée entre vintage et rural. A table : produit locaux, légumes, fromages, gibiers de saison… dans le meilleur de la tradition. L'endroit idéal pour se ressourcer…

Chambre, de 95 à 125 €, repas à partir de 34€

©ES

E.S. La guide accompagnatrice en montagne, Lada Braud

Journée complète avec guide pour 4/6 personnes, 210 euros.

©ES

Un tramway nommé Mont-Blanc

C'est la ligne de chemin de fer la plus haute de France (2372 mètres d'alt.-12,4 km de longueur). Inaugurée en 1907, elle devait selon le projet initial mener les voyageurs jusqu'au sommet du Mont-Blanc ! En réalité elle s'arrête à quelques centaines de mètres du refuge du nid d'Aigle (pas celui de Berchteschgaden), un magnifique trajet d'une heure depuis la gare SNCF de Saint-Gervais/Le Fayet. Plusieurs haltes sont possibles et desservent des dizaines de sites de randonnées et de ski. Dans un grand projet multimodal, qui comprendra un accès par ascenseur valléen depuis le Fayet/SNCF, le maire Jean-Marc Peillex a annoncé la poursuite de la ligne jusqu'à l'altitude 2412, celle du refuge du Nid d'Aigle !

E.S.

www.montblancnaturalresort.com

©E.S.L'arrivée du Tramway du Mont-Blanc au terminus du Nid d'Aigle

Découvrir le Mont Blanc « d'en bas »

En réalité, les mots sont trop petits pour décrire la beauté grandiose du massif du Mont-Blanc, mais il y a des connaissances incontournables. On ne peut que conseiller de prendre attache auprès des accompagnateurs. Deux bonnes raisons, la première : la sécurité ; la seconde : la pédagogie. Un guide vous apprendra à reconnaître une gentiane, à approcher des bouquetins, à côtoyer sans risque un immense glacier, à randonner à des hauteurs vertigineuses en toute quiétude. La journée commence généralement par le tramway du Mont Blanc, avec une petite heure de trajet, on peut prendre le repas au refuge du Nid d'Aigle, accessible à tous.

E.S. La guide accompagnatrice en montagne, Lada Braud

Journée complète avec guide pour 4/6 personnes, 210 euros.

©ES

« Le Mont Joly », nouveau bistrot

Avec le « Mont Joly » dit « Le Bistrot », le propriétaire du seul 5*de Saint-Gervais, L'Armancette, complète à merveille l'offre sur le hameau de Saint-Nicolas-de Véroce. Une proposition plus accessible, et moins « gastro » que la table d'Armante sa voisine, avec des plats de 16 à 28 euros, des produits locaux, concoctés par le jeune chef Thomas Giraudet (burger du Mont Joly à 21 euros, pain maison, bœuf de la vallée, tomme de Savoie). Le grand chalet ancien réhabilité dispose d'une belle terrasse sur le jardin, une autre au premier à l'étage « lounge », avec une vue panoramique, et d'une belle salle du rez-de-chaussée repeinte par un artiste de la région.

E.S.

Le Mont Joly, Saint-Nicolas-de-Véroce

©ES

Eglises baroques, le renouveau

Certains trouveront le décorum des églises et chapelles baroques du Pays du Mont-Blanc un peu chargé, mais elles sont un

témoignage lourd de symboles, témoin de la période religieuse historique incontournable de la contre-Réforme catholique au XVI è siècle. Un vaste programme de restauration de ces édifices est en cours, avec 5 chapelles en 2021, 6 autres en 2022, avec un financement privé d'une part par le groupe Almae Collection, de Vincent Gombault, propriétaire de l'Armancette, qui installe ses 70 salariés sur Saint-Gervais (Saint-Nicolas-de-Véroce), et par ailleurs des collectivités territoriales et de l'Etat. A visiter le musée d'art sacré et à suivre un parcours d'escapades baroques à pied notamment.

E.S.Le choeur et l'abside de l'église baroque de Saint-Nicolas-de-Véroce

Consulter le site de Saint-Gervais.

©ES

Lancer le diaporama33 photos

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?