AccueilSociétéRythmes scolaires : les maires veulent décider en toute liberté

Rythmes scolaires : les maires veulent décider en toute liberté

Votre mobilisation face à la réforme des rythmes scolaires prend de l’ampleur.

ActualitéSociété Publié le ,

En quoi consiste votre plan d’actions ?

Avec les maires de Rillieux-la-Pape, Chaponost et Pierre-Bénite, nous avons lancé un appel aux élus du département à propos de la réforme des rythmes scolaires et avons développé cet argumentaire sur un site internet (www.liberte-rythmesscolaires.fr). En quelques heures, nous avons obtenu plus de 300 signatures et avons décidé de réagir rapidement. Vendredi 25 avril, nous aurons déposé, auprès du Premier ministre, un recours constatant l’illégalité du décret de janvier 2013 sur la mise en place de cette réforme. Nous réclamons soit le retrait pur et simple de la réforme des rythmes scolaires, soit la liberté de son application pour les communes. La réponse du ministre est attendue le 10 mai. Nous comptons sur son bon sens. Mais en cas de refus, nous saisirons le Conseil d’Etat pour demander le retrait de cette réforme. L’Association des maires de France est aussi très sensible au sujet. Il ne s’agit pas d’un combat politique mais d’une question de liberté de choix pour les communes.

L’idéal serait-il que chaque commune agisse comme elle l’entend vis-à-vis de cette réforme ?

Actuellement, très peu de communes peuvent l’appliquer. Alors que nous devons faire face à une diminution des dotations de l’Etat, avec cette réforme, nous devrions assumer encore de nouvelles charges. C’est impossible ! Les petites communes n’en ont pas les moyens budgétaires, matériels et humains. Elles ne disposent pas toujours de salles pouvant accueillir des activités périscolaires, ni d’animateurs diplômés du BAFA. D’autre part, cette réforme creuse les inégalités entre les territoires, mais également entre les écoles publiques et les écoles privées qui ont un droit d’option et ont choisi, pour la plupart d’entre elles, de ne pas appliquer la réforme, par manque de moyens. Néanmoins, si certaines communes peuvent le faire, laissons-leur cette liberté. .../...


Lire la suite dans le Tout Lyon Affiches n° 5098 du samedi 26 avril 2014

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?