AccueilCollectivitésRue Garibaldi (Lyon) : quel avenir pour le projet de requalification ?

Rue Garibaldi (Lyon) : quel avenir pour le projet de requalification ?

Dans les années 1960 et 1970, lorsque la voiture était reine, de larges voies de communication lui ont été dédiées au coeur même des villes, participant au bétonnage et au caractère invivable de certains quartiers, coupés par des rubans gris infranchissables, dangereux, bruyants et malodorants.

Collectivités Publié le ,

Une image aujourd’hui rejetée par les citadins. Les nouvelles politiques, empreintes de développement durable, tendent à gommer les erreurs du passé. L’arrivée du tramway a accéléré le processus. Car de fait, la place réservée à l’automobile a diminué (rue Servient, avenue Berthelot…). Et finalement, les embouteillages ne se sont pas aggravés. Il faut dire que l’avènement du tramway et du vélo’v a fait baisser la circulation. Et que, parallèlement, la gestion des feux tricolores a été améliorée grâce à un ordinateur à intelligence artificielle : le PC Criter.
Outre la place accordée aux transports en commun, qui a remodelé les voiries, le Grand Lyon a lancé quelques chantiers conséquents : l’avenue Tony Garnier, l’extrémité Est de l’avenue Mermoz, bientôt le cours Emile-Zola à Villeurbanne. Et bien entendu, il y a le dossier de la rue Garibaldi, qui traverse Lyon du nord au sud. Un cas typique. Pour Pierre Abadie, vice-président du Grand Lyon délégué à la voirie, la rue Garibaldi, telle qu’elle a été imaginée, est « davantage le résultat d’une politique routière que d’une politique urbaine ». Elle entre donc dans la catégorie des voies pénétrantes ou traversantes à supprimer. Ou plutôt à transformer. « L’idée du projet de requalification, ajoute l’élu, est de faire de Garibaldi une voirie apaisée, laissant la place aux transports en commun, aux modes doux, le tout doté de végétal et d’une réelle qualité environnementale. » Le Grand Lyon a révélé son intention en 2009 et lancé les procédures de concertation dès 2010. Un calendrier a ensuite été défini, précédant les premières études (conception par l’Atelier AS Marguerit). Décision a été prise de requalifier la voie depuis la rue Vauban, au nord, jusqu’à l’avenue Berthelot, au sud, soit 2,6 km au total. Tout le linéaire ne sera pas traité de manière identique puisque l’espace, de façade à façade, varie de manière assez conséquente. Mais l’esprit restera d’un bout à l’autre : diminuer le nombre de voies auto, agrandir les trottoirs, créer des voies cyclables, des voies de transports en commun et des bandes de verdure. En raison de son impact et de son coût, le chantier ne pouvait être mené d’une seule traite. Un plan en trois phases s’est donc dessiné avec les sections Vauban/Bouchut, Bouchut/ Arménie et Arménie/Berthelot. .../...


Lire la suite dans le Tout Lyon Affiches n° 5128 du samedi 22 novembre 2014

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?