AccueilEntreprise de la semaineRodis roule vers un nouvel axe de croissance

Rodis roule vers un nouvel axe de croissance

Rodis roule vers un nouvel axe de croissance
Photo DR - Siège le la société Rodis à Genas

EconomieEntreprise de la semaine Publié le ,

Après avoir installé son siège social à Genas, il y a deux ans, la société de transports Rodis s’apprête à engager une nouvelle dynamique de croissance. En se dotant à partir du début de l’année prochaine d’un nouveau bâtiment, afin de réorganiser l’ensemble de ses activités, l’entreprise dirigée par Christine Dmirdjian se donne les moyens d’assumer des ambitions plus élevées. Car pour l’heure, cette PME spécialisée dans le transport de marchandises en fret palettisé s’interdit de sortir d’un territoire limité aux départements du Rhône et de l’Isère.


« Nous faisons partie du réseau Pole, qui regroupe 57 PME de transport réparties dans toute la France et qui travaillent en réciprocité, explique la directrice générale de l’entreprise. Chaque membre du réseau se concentre sur son territoire de proximité. En ce qui nous concerne, nous intervenons dans un rayon de 150 kilomètres autour de Genas. »


Toutefois, Rodis ne limite pas son activité au transport de fret palettisé. L’entreprise, qui emploie 46 personnes pour un chiffre d’affaires de 7,7 M€, s’est également positionnée sur le créneau du transport de déchets industriels et de matières dangereuses. « A Genas, nous disposons d’un site sécurisé et nous avons tous les agréments pour stocker et distribuer de la matière dangereuse », précise la dirigeante. Là encore, Rodis concentre son champ d’intervention sur ses départements de proximité. « Enfin, nous avons deux dernières activités, ajoute-t-elle, la location de véhicules industriels avec conducteur et l’affrètement. »


Un dernier métier sur lequel la directrice générale de Rodis compte pour assurer le développement des années à venir. « Nous disposons déjà d’un service d’affrètement national et nous allons développer très prochainement une activité à l’international, voire à plus long terme sur l’overseas », confirme Christine Dmirdjian. Cette évolution devrait passer dans un premier temps par de la croissance endogène, mais aussi par de la croissance externe à très brève échéance. « C’est un axe de développement que je souhaite concrétiser d’ici fin 2017. Nous devrions boucler une opération dans les prochains mois, une fois que notre nouveau site sera totalement opérationnel », conclut-elle.

J. D.

Christine Dmirdjian : « Nous investissons 3 M€ dans notre nouveau bâtiment »

Comment est organisée votre activité principale ?

L’activité de transport de marchandises en fret palettisé repose sur la distribution de fret via un réseau de palettes intégré. Concrètement, les différents transporteurs du réseau Pole se connectent chaque nuit sur des plateformes de cross docking, où chacun embarque du fret amené par les autres pour le redistribuer ensuite sur son propre territoire.


Où sont implantées ces différentes plates-formes ?

Nous échangeons notre fret au départ de 4 plates-formes installées à Genas, où se trouve également le siège de Rodis et qui est une plate-forme de nuit, à Ludres dans l’est de la France, à Orléans et à Marmande dans le sud-ouest. Le maillage du territoire sur lequel intervient le réseau Pole va bientôt s'enrichir d’une cinquième plate-forme à Montpellier en janvier prochain.

Vous partagez donc la plateforme de Genas entre vos différentes activités ?

Oui, mais nous investissons 3 M€ dans un nouveau bâtiment qui totalisera 5 400 m2 et qui permettra d’organiser l’ensemble des opérations de façon plus efficiente. Il sera opérationnel dès les premiers jours de l’année prochaine. Nos installations datent de la fin des années 1980 et nous devions les reconfigurer pour aller vers une meilleure organisation. Nous allons passer de 20 portes de quai à 58. Chaque véhicule aura sa propre porte de quai et nous pourrons séparer notre activité et celle de la plate-forme de distribution de nuit.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?