AccueilCultureRhoda Scott à Vienne : 80 roses pour la Femme aux pieds nus !

Rhoda Scott à Vienne : 80 roses pour la Femme aux pieds nus !

Rhoda Scott à Vienne : 80 roses pour la Femme aux pieds nus !

Culture Publié le ,

Il y avait du beau monde dans la salle des mariages de l'hôtel de Ville de Vienne le 3 juillet. Pas pour célébrer un mariage mais plutôt un anniversaire et une remise de distinction.

La récipiendaire qui soufflait également ses 80 ans ce jour-là était la grande organiste Rhoda Scott qui devait se produire le soir même sur la scène du Théâtre antique pour Jazz à Vienne.

La médaille de Commandeur de l'Ordre des Arts et des lettres lui a été décernée par la ministre de la Culture le 29 juin et comme le veut le protocole c'est un médaillé, Patrick Henriroux, le chef étoilé de La Pyramide, chevalier de la Légion d'honneur, qui lui a remis cette distinction.

L'occasion pour le maire Thierry Kovacs de lui remettre la médaille de la Ville de Vienne, Rhoda Scott devenant ainsi citoyenne d'honneur de la Ville.

Très émue et entourée de sa famille, de la direction du festival Jazz à Vienne mais également de ses amis artistes qui se produisaient le même soir (Marcus Miller notamment), elle a reçu 80 roses blanches. Un énorme bouquet offert par la Ville.

La petite Rhoda découvre à 8 ans, le son magique de l'orgue Hammond, dans une église vide où son père officiait comme pasteur itinérant dans le New Jersey.

La légende veut qu'elle réussisse, non sans mal, à le mettre en marche toute seule, elle voit un clavier, puis deux, puis un clavier au sol.

Elle quitte ses chaussures, et commence à jouer pieds nus. Ce qui lui vaudra 20 ans plus tard, le surnom de (The Barefoot Lady).

Très jeune, elle joue seule, reproduisant à l'oreille des morceaux qu'elle entend à la radio, des gospels, du jazz, du classique ("je ne savais même pas ce que c'était que le jazz") dira-t-elle. Elle mémorise, dit-on, plus de 1000 morceaux , dont elle nourrit ses concerts depuis plus d'un demi-siècle.

De bourse d'études en rencontres à New-York, elle est repérée par Count Basie, qui la fait jouer dans son club de Harlem. Eddie Barclay la repère à son et lui propose de jouer à Paris. On est en plein mai 68.

Elle tombera amoureuse de la France et d'un Français. Elle connaît le succès, accompagne une tournée d'un Gilbert Bécaud au faîte de sa popularité, enregistrera de nombreux albums...Elle a aujourd'hui la double nationalité et partage toujours sa vie entre les deux rives de l'Atlantique.

Artiste régulièrement invitée de jazz à Vienne, c'est là qu'elle lance, en 2004, The Lady Quartet, qui s'est produit lundi dernier.

Angélique Kidjo et Ibrahim Maalouf, avec l'Orchestre des pays de Savoie. Avec le North Sea et le festival de jazz d'Antibes, le concert à Jazz à Vienne fait partie des trois dates mondiales uniques qui marquent la rencontre d'Angélique Kidjo et d'Ibrahim Maalouf sur scène. Angélique Kidjo est une puissante source d'énergie et de bonheur. Née en 1960 à Ouidah au Bénin, la tornade chante et danse depuis le plus jeune âge. Son idole s'appelle alors Miriam Makeba. Après avoir déjà rendu ici un hommage à Nina Simone (en 2009), Angélique Kidjo revenait en 2010 pour célébrer Makeba (Mama Africa), puis à nouveau l'année dernière pour honorer Célia Cruz.
La voici symphonique, entourée de la trompette d'Ibrahim Maalouf et de l'Orchestre des Pays de Savoie, décollant sur les tapis abyssiniens de la reine de Saba (Sheba). En 2016, Ibrahim Maalouf rendait à Vienne un vibrant hommage aux femmes, et notamment à Oum Kalthoum.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 05 août 2022

Journal du05 août 2022

Journal du 30 juillet 2022

Journal du30 juillet 2022

Journal du 23 juillet 2022

Journal du23 juillet 2022

Journal du 16 juillet 2022

Journal du16 juillet 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?