AccueilDossiersRetrospective 2015Retro hommes de l'année 3

Retro hommes de l'année 3

.
Retro hommes de l'année 3
© Erik Saillet - Paul-Maurice Morel et Jérôme Bocuse

DossiersRetrospective 2015 Publié le ,

Jérôme Bocuse

En 2004, Paul Bocuse ouvre une brèche gastronomique avec la première de ses brasseries. Deux décennies plus tard, six établissements se disputent les faveurs des gastronomes. Entre temps, Naxicap s’est invité au tour de table en 2010 pour accélérer le développement. Cette année, l’investisseur a laissé la barre à Jérôme Bocuse et à Paul-Maurice Morel, respectivement président et directeur général de Pôl Développement, nouveau nom d’un groupe qui emploie 300 personnes pour un chiffre d’affaires de 27 M€ (hors le 3* de Collonges). La famille reprend le contrôle majoritaire du capital, soit 38 % pour Jérôme, qui garde sa société sur le site de Disney World à Orlando aux Etats-Unis (300 personnes pour un chiffre d’affaires de 32 M€) et 25 % pour son père Paul.

Françoise Sibilia-Pupier

Après 25 ans aux Halles, dans l’ombre de sa mère, Françoise Sibilia-Pupier a traversé le Rhône pour jeter l’ancre rue Mercière. Après le rachat de la Brasserie Moss, en mars dernier, la fille de Colette Sibilia renforce sa présence sur l’artère gourmande de la Presqu’Île avec le rachat du Mercière Express et du Bouchon aux vins que lui cède Jean-Paul Lacombe. Chef exécutif, Laurent Bouvier coordonnera l’activité de ces trois enseignes dans un esprit de complémentarité. Objectif faire revenir les Lyonnais rue Mercière.

Marcel Guigal,

Succédant à l’industriel Guy Chifflot, le président du mythique domaine éponyme des côtes-du-rhône, remporte la Victoire (régionale) des Autodidactes 2015. Une reconnaissance de ses pairs méritée pour ce septuagénaire qui a débuté sa carrière entrepreneuriale à 17 ans. Aujourd’hui étendue sur 74 hectares, employant 29 salariés, sa maison produit environ 7 millions de cols par an. Un flot irrigué par une série de croissances externes, comme Vidal-Fleury en 1984, les domaines Jean-Louis Grippat, en 2001, et Bonserine, en 2006

Hervé Kratiroff et Eric Versini

Longtemps considéré comme un fonds d’investissement, même d’un autre type, Solexia oriente progressivement sa stratégie vers davantage de lisibilité. Le groupe contrôle aujourd’hui 9 PME, dont Jodas, coutelier à Thiers, et la Maison Chillet, salaisonnier à Saint-Symphorien-sur-Coise. Ces deux enseignes, qui réalisent chacune plus de 7 M€ de chiffre d’affaires, constituent les fers de lance des deux pôles Agro et Arts de la Table que veut développer le groupe constitué par Hervé Kratiroff et Eric Versini.
.

Partager :
Articles similaires
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?