AccueilDossiersRetrospective 2015Retro - en pôles position

Retro - en pôles position

.
Retro - en pôles position
© : DR

DossiersRetrospective 2015 Publié le ,

Pierre Beccat

Véritable symbole des pôles de compétitivité, dont la pertinence n’est plus à démontrer (232 projets de R&D labellisés à fin 2014, pour un montant global de 725 M€, dont 300 M€ d’aides publiques) Axelera a fêté son anniversaire son 10ème anniversaire. Comme comme la plupart des autres pôles. A cette occasion ses membres ont élu un nouveau président. Jusque là trésorier du pôle dédié à la chimie, Pierre Beccat (IFP Energies Nouvelles) succède à Bruno Allenet. Dans la dynamique de son prédécesseur, il a l’ambition de participer activement à la construction d’un méta-cluster européen et d’ouvrir une antenne au Brésil.

Marc Gohlke

Après 10 ans passés chez PSA Peugeot-Citroën, Marc Gohlke prend la direction du Rhône-Alpes Automotive Cluster. Cet ingénieur en aéronautique et aérospatial, né en Allemagne il y a 36 ans, il a pour mission la performance globale de la grappe, qui réuni 185 membres du cluster, la mutualisation des actions et le business développement. Un triple objectif connecté au développement de la stratégie internationale du cluster principalement axée sur l’Allemagne, les Etats-Unis et la Chine. Marc Gohlke planche sur le prochain Automative Techdays qui se tiendra à Lyon en novembre prochain.

Franck Tarpin-Bernard

Elu à la présidence du pôle de compétitivité Imaginove (160 adhérents), le directeur général du groupe SBT à Villeurbanne, devra redonner du souffle à la structure. Il succède à Carole Mangold (Idée originale), restée un an à la tête du pôle de compétitivité axé sur les contenus et usages numériques. Ingénieur Centrale Lyon, docteur en informatique, maître de conférence à l’Insa de Lyon, chercheur sur les questions liées aux sciences cognitives, à l’éducation et à la prévention du déclin suite au vieillissement, Franck Tarpin-Bernard a mené pendant près de 12 ans deux carrières de front.

Philippe Jacques

Avec la nomination de Philippe Jacques à la présidence d’Axel’One, la vocation internationale de la plateforme d’innovation collaborative se traduit en quelque sorte dans son management. Ce Belge de 56 ans, né à quelques kilomètres de la frontière luxembourgeoise, a validé ses études d’ingénieur chimiste à l’Université catholique de Louvain, avant de rejoindre le groupe Solvay en 1988. Un parcours qui l’a notamment conduit de la direction du département brevets du groupe (de 2003 à 2010) à la fonction recherche et innovation. En 2013, il pose ses valises à Lyon et prend, dès l’année suivante, la direction recherche et innovation Europe. C’est à ce titre qu’il a été porté à la présidence d’Axel’One.

Partager :
Articles similaires
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?