retro economie

.
retro economie
© : DR - Le pavillon rhônalpin de Shanghai a cristallisé l'opposition à Erai

DossiersRetrospective 2015 Publié le ,

Erai, clap de fin

La défiance d’une majorité d’élus du Conseil régional a condamné un outil dont l’utilité était pourtant reconnue par l’ensemble des responsables économiques. Dans ce qui ressemblait à une décision de pure stratégie politique, la majorité des conseillers régionaux s’est même opposée à la reprise des activités d’Erai et de son personnel par l’Ardi. Daniel Gouffé a finalement payé la division provoquée par l’engagement de la Région à Shanghai, plus globalement un soutien à la Chine défendu à gauche par Gérard Collomb, à droite par Alain Mérieux. Moins que la décision, c’est sa brutalité qui a surpris les acteurs économiques. « On ne traite pas comme cela quelque 130 collaborateurs, dont beaucoup d’experts, répartis dans les 27 bureaux à travers le monde. On ne méprise pas 270 entreprises régionales en contrat avec Erai », soulignaient alors quelques acteurs du monde économique. « C’est un gâchis ! Depuis deux ans, Erai avait commencé à redresser la barre, réalisant une économie de 1,5 M€ », a regretté François Turcas.

Attractivité : Lyon fait la couse en tête


L’édition 2015 du baromètre EY de l’attractivité du site France a enregistré une progression de 18 % des implantations d’entreprises à capitaux. La métropole lyonnaise creuse l’écart avec ses poursuivants de province. Si l’Ile-de-France capte 48 % des sièges sociaux implantés entre 2010 et 2014, suivie de Rhône-Alpes (19 %), les centres de R&D semblent mieux répartis. Des pôles universitaires de renommée internationale, des infrastructures de transport et de télécommunications, des parcs d’activité innovants, une bonne qualité de vie, des projets urbains et des équipements, constituent les leviers de l’attractivité. Des leviers dont dispose Lyon qui fait toujours la course en tête, loin devant Marseille et Toulouse, en matière d’image dynamique


Naissance de Lyon French Tech

En mai, les seize partenaires de l’écosystème du numérique lyonnais ont officiellement créé l’association Lyon French Tech qu’abritera la Halle Girard. La promotion et de l’animation des acteurs du numérique pour défendre l’attractivité du territoire constituent les principales missions acceptées par Patrick Bertrand, le directeur général de Cegid, élu à la présidence de cette association. Premier chantier d’envergure, l’architecture du bâtiment de 3 800 m2, « mais aussi sur son âme » qui nécessiter quelque 12 M€ pour son aménagement.

Partager :
Articles similaires
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?