Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

Reprise de "De l'Ève à l'eau" au théâtre du Point du jour

le - - Spectacle vivant

Reprise de "De l'Ève à l'eau" au théâtre du Point du jour
Jean-Louis Fernandez - De l'Ève à l'eau de et par la compagnie des Lumas

Quand ils ont créé la pièce De l'Ève à l'eau, Angélique Clairant et Éric Massé incarnaient la compagnie des Lumas, qu'ils avaient créée il y a 19 ans. Neuf mois après, les voilà directeurs du Théâtre du point du jour reprenant cette pièce qu'ils considèrent comme leur « création ADN » dans leur lieu.

De l'Ève à l'eau est une pièce où ils mêlent leurs origines et leur histoire à l'axe de recherche qui les anime depuis leur rencontre, à l'École de la Comédie de Saint-Étienne.

C'est-à-dire les « figures à la marge, des figures qui, pour s'affirmer et (sur)vivre, doivent procéder à un processus de « résilience ».

Cette production aborde frontalement un cycle autour de la « rupture sociale » et la névrose des classes* en prenant appui sur leur propre histoire et leurs propres témoignages, appliquant leur principe d'écriture au plateau, à eux mêmes, en s'inspirant de leur parcours d'enfants de familles rurales vivant, encore, comme une blessure, ce décalage entre leur milieu d'origine et leur parcours.

« C'est par le théâtre qu'ils ont dépassé leurs origines, c'est par le théâtre qu'ils les retrouvent ici. » expliquent-ils dans leur plaquette de saison.

Ève, ancienne paysanne « perdue dans les prairies de sa mémoire » ne s'exprime plus qu'en parlange (le patois poitevin-saintongeais) et sa fille, qui s'est extraite de son terroir n'a pas d'autre solution que de réactiver sa mémoire pour tenter de comprendre et de communiquer.

Autour d'elles, dans un décor à la fois poétique et bordélique, se croisent et se rencontrent une jeune agricultrice et un soignant (un infirmier, homme de compagnie, on ne sait pas vraiment).

Les cultures et les langues se mélangent, tissant un récit de honte, mais aussi de fierté, d'imposture, et de légitimité, qui permet de toucher les blessures et de les éclairer.

Se frayer un chemin vers la liberté, et trouver sa propre voie, en dépassant les hontes et les justifications. Entre sensible et tangible !

Théâtre du Point du jour, 5 au 14 novembre, www.pointdujourtheatre.fr

*expression forgée par Vincent de Gauléjac (sociologue clinicien), qui désigne cette structure psychique particulière qui touche les individus dont la promotion sociale, à travers l‘école notamment, a été vécue douloureusement.




Gallia VALETTE-PILENKO
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer