AccueilTribunauxLyon : Rentrée du TGI, la première de Thierry Polle

Lyon : Rentrée du TGI, la première de Thierry Polle

Le tribunal de grande instance de Lyon n'a pas failli à la tradition des rentrées judiciaires solennelles. Il a ainsi procédé à la sienne le 21 janvier, présidée pour la première fois par son nouveau président Thierry Polle.
Lyon : Rentrée du TGI, la première de Thierry Polle
Photo : Michel GODET - Le procureur Marc Cimamonti

Vie juridiqueTribunaux Publié le ,

Dans un premier temps, il a été procédé à l’installation par le siège et le parquet de nouveaux magistrats ; nous l’évoquerons dans notre prochaine édition. Dans son réquisitoire, Marc Cimamonti, procureur de la République, a abordé le délicat sujet du manque de moyens, concernant autant les parquetiers - treize affectés pour un effectif théorique de 36 - que les moyens techniques.

« En disposant de plus de moyens techniques, pratiques, concrets, efficaces et informatiques, on pourrait ainsi être plus réactifs, en amont de nombreux dossiers ». Et le procureur de prendre comme exemple l’affaire de Villefontaine et de son enseignant déjà condamné, dans laquelle plus de moyens aurait permis d’aviser avant l’Education nationale. « On demande des moyens techniques et de greffe. Pas plus. » Il est vrai que dans la situation actuelle, avec une complexité pénale de plus en plus marquée, les missions judiciaires et le traitement des procédures sont en augmentation.

Quant à notre région, oui elle est exposée au risque terroriste et à la radicalisation. N’en prenons pour preuve que cette adolescente de 15 ans, apparemment disparue, mais en fait partie faire le djihad pour mourir en martyre… Marc Cimamonti souhaite faire en sorte de bien traiter les signalements et la lutte contre le terrorisme, mais aussi la prévention de la radicalisation, sans omettre les trafics d’armes. Les actions judiciaires étant également orientées vers des faits de violence volontaire contre les personnes ou l’autorité publique, et de délinquance lucrative, organisée et habituelle.

Autant de missions qui ne peuvent répondre qu’à une priorisation, qui plus est à cinq mois de l’Euro de football : « On va prioriser le judiciaire. Les missions administratives et périphériques, on les traitera après, si on a le temps ! » conclut le procureur, quelque peu dépité, mais serein.

Pour sa part le Président Polle a regretté un manque de moyens envers l’institution. « Notre grand pays consacre si peu de moyens à la justice, alors qu’il attend beaucoup d’elle. » Pour mémoire, il manque en effet toujours 8 juges au TGI, ce qui fait constater au président que 10 JAF (juges aux affaires familiales) sont à disposition pour un ressort de 1,6 million d’habitants. A n’en pas douter, les moyens théoriques sont déjà très faibles et en plus ils ne sont pas tous pourvus, cela impactant la justice au quotidien. « On atteint parfois des délais déraisonnables avec un niveau difficilement acceptable par tous ».

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?