AccueilEnchèresReliures contemporaines et éditions originales à l'Espace Gailleton

Reliures contemporaines et éditions originales à l'Espace Gailleton

Reliures contemporaines et éditions originales à l'Espace Gailleton
DR

CultureEnchères Publié le ,

Changement de décor pour ce second volet de la vente de la bibliothèque d'un bibliophile parisien puisque ce n'est pas à Villefranche-sur-Saône que se tiendra cette vente mais à l'Espace Gailleton dans le second arrondissement de Lyon. Au catalogue, le déconcertant embarras du choix... Si l'attention se fixe dès le début de la lecture sur une superbe édition des « Pâques à New York » de Blaise Cendras dans une superbe reliure à décor géométrique de René Kieffer pour une estimation annoncée entre 2 000 et 2 500 €, elle dévie rapidement sur un exemplaire du « Poète assassiné » de Guillaume Apollinaire, illustré de 36 lithographies par Raoul Dufy, estimé entre 800 et 1 000 €, toujours dans une reliure de René Kieffer mais à décor cette fois de paysage montagneux. Plus loin, une édition unique de la « Ville volante » de Marcel Béalu illustrée de 10 eaux-fortes de Philippe Mohlitz dans une reliure de Jean-Paul Miguet devrait facilement trouver preneur à son estimation établie par Edgard Daval entre 1 000 et 1 500 €, tout comme cet exemplaire du « Mariage du Ciel & de l'enfer », œuvre majeure de William Blake illustrée d'un frontispice de C. Weisbuch et de 11 pointes sèches d'Yves Charnay dans une reliure en box noir de Colette et Jean-Paul Miguet, pour lequel il faudra engager 1 200 à 1 500 €. En seconde partie de cette vente, de nombreux ouvrages en E.O financièrement plus accessibles avec des estimations annoncées entre 100 et 800 €.
Maître Gérald Richard – Espace Gailleton – Jeudi 14 avril à 19 h 30 et vendredi 15 avril à 14 h 30 – Catalogue complet et horaires d'expositions sur www.guillaumot-richard.com

Un poilu de 14 chez Ivoire Lyon


Quel meilleur moment que la célébration du centenaire de la Première Guerre mondiale pour présenter, ce 13 avril, ce rare et exceptionnel soldat d'Emile Lang. Sous le marteau de Maîtres Bérard, Péron et Schintgen, est en effet proposé, lors de cette vente consacrée aux jouets et poupées d'antan, un vaillant Poilu de la guerre de 1914/1918. Le qualificatif de rare pourrait facilement être transformé en superlatif de rarissime puisqu'à ce jour, seuls deux exemplaires ont été retrouvés et répertoriés selon l'expertise de Marilyn Bancel. En toile durcie et bien complet de son beau costume et casque en feutrine assortie, cette pièce exceptionnelle, haute de 52 cm, est estimée entre 3 000 et 3 500 €. Dans la même vente, on retient également plusieurs poupées, dont un bébé Jumeau à bouche fermée et oreilles percées pour une estimation établie entre 2 000 et 2 500 €, mais aussi une rare et grande boîte à musique mécanique avec sa clef animée par six petites poupées en bois peint. Marquée d'une étiquette indiquant « La Prierre d'appenjel Breveté en France et à l'étranger, Patent 2369 », cette étonnante boîte à musique est estimée entre 1 800 et 2 000 €.
Ivoire Lyon – Mercredi 13 avril à 14 h 30 – Catalogue complet et horaires d'expositions sur www.ivoire-france.com/lyon/ventes/ et www.interencheres.com
Philippe Jayet

Adjugés !


228 743 € (frais inclus)... C'est la très belle enchère atteinte ce 19 mars sous le marteau de Maîtres Bremens et Belleville à Lyon Presqu'île par une bague solitaire en or jaune centrée d'un diamant taille brillant de 9,93 carats. De couleur SI1 à fluorescence faible, cet important diamant épaulé de deux diamants tapers était initialement estimé entre 140 et 180 000 € par le cabinet Mely/Mure.
Sous le marteau de Maîtres de Baecque & Associés, ces 19 et 21 mars, on note également quelques beaux résultats comme ces 23 500 € (hors frais) réalisés par ce fameux service de la mer en faïence stannifère de la non moins fameuse Manufacture Henriot à Quimper. Daté vers 1923, cet important service, décoré en son temps par Mathurin Méheut, était estimé entre 7 000 et 10 000 € avant la vente. Pour ce qui est de la peinture, on retient une belle série de tableaux de Théodore Levigne, parmi laquelle « Artilleurs de montagne sur la route de la Bérarde » trouvait preneur à 1 600 €, tandis que « Deux mats à vapeur au port », une huile sur panneau d'Eugène Galien-Laloue mais sous le pseudonyme L. Dupuy, crevait son estimation à 80/100 € pour être finalement adjugée 1 200 €.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?