AccueilActualitéRéforme des retraites : ce qu'il faut retenir des annonces d'Elisabeth Borne

Réforme des retraites : ce qu'il faut retenir des annonces d'Elisabeth Borne

La Première ministre a présenté cet après-midi les principales mesures concernant la réforme des retraites. Age légal de départ repoussé à 64 ans, 43 ans de cotisation dès 2027 pour une retraite à taux plein..., le détail des annonces.
Elisabeth Borne lors d'une visite à Lyon en mars 2022. La Première ministre a dessiné ce soir les contours de la réforme des retraites.
© Eric Séveyrat / photo d'illustration - Elisabeth Borne lors d'une visite à Lyon en mars 2022. La Première ministre a dessiné ce soir les contours de la réforme des retraites.

Actualité Publié le ,

Elisabeth Borne a présenté ce mardi 10 janvier en conférence de presse les principales mesures entourant la réforme des retraites. Celles-ci seront au menu du Conseil des ministres du 23 janvier, dans le cadre de la présentation du projet de budget rectificatif de la Sécurité sociale. Avant que le débat ne se prolonge à l'Assemblée nationale... et sans doute dans la rue.

Car les annonces, quoique attendues, devraient soulever un vent d'opposition aussi bien dans l'arène syndicale que dans le champ politique. Mais aussi et surtout dans les foyers de l'Hexagone, où les mesures très concrètes offriront matière à discussion.

Retraites : l'âge légal de départ porté à 64 ans en 2030

Ainsi, l'âge légal de départ à la retraite sera porté à 64 ans en 2030. Il sera progressivement relevé à partir du 1er septembre 2023, à raison de 3 mois par année de naissance (63 et 3 mois en 2027 à titre d'exemple).

Si la durée de travail pour bénéficier d'une retraite à taux plein reste fixé à 43 ans, ce sera le cas dès 2027 au lieu de 2035.

Le dispositif "carrières longues" sera adapté afin qu'aucune personne ayant commencé son activité professionnelle tôt ne soit obligée de travailler plus de 44 ans : par exemple 60 ans pour un début d'activité à 16 ans, 62 ans pour une entrée dans la vie active à 18 ans.

Les plus fragiles mieux pris en compte ?

Elisabeth Borne a également assuré que l'usure professionnelle serait mieux prise en compte, qu'il s'agisse de port de charges lourdes ou de postures fatigantes, avec notamment la création d'un fonds doté d'un milliard d'euros.

"Les plus fragiles seront protégés" a promis la Première ministre, avec par exemple le maintien du départ à taux plein à 62 ans pour les personnes en invalidité ou inaptitude et une possibilité de départ dès 55 ans pour les travailleurs handicapés.

Les personnes "aidantes" auprès de personnes âgées ou handicapées, les femmes ayant stoppées temporairement leur carrière suite à une maternité, seront désormais mieux pris en compte.

Régimes spéciaux : c'est fini... ou presque

De nombreuses branches devront dire adieu aux régimes spéciaux de retraite. Les nouveaux embauchés à la RATP, à EDF, à la Banque de France, ou les clercs de notaires seront affiliés au régime général, tandis que les assurés des régimes spéciaux déjà en poste verront un relèvement de l'âge légal et plus globalement un allongement de la durée d'activité. A l'inverse, les agents de la SNCF continueront à bénéficier de leur régime spécial.

Cyrielle Chatelain, députée de l'Isère, présidente du groupe EELV à l'Assemblée nationale: "La réforme des retraites n'est qu'une mesure financière"

Le minimum de pension revalorisé à près de 1200 euros

Afin de garantir un niveau de pension décent pour les moins favorisés, la réforme prévoit de garantir un niveau de pension à 85 % du SMIC net pour une carrière complète au SMIC, soit près de 1200 euros.

Faire mieux sur l'emploi des seniors

Dénonçant des "pratiques abusives et disons-le discriminatoires" ayant cours dans certaines entreprises en matière d'emploi des seniors, Elisabeth Borne a appelé celles-ci "à faire leur place aux personnes proches de la retraite".

La Première ministre a évoqué l'élargissement de l'accès à la retraite progressive, le fait de rendre créateur de droits le cumul emploi-retraite, la création d'un compte épargne-temps universel.

Elle a surtout annoncé la création d'un index seniors pour les entreprises de plus de 300 salariés. Une sorte de baromètre - obligatoire sous peine de sanctions - permettant de mettre sur la place publique les bons et les mauvais élèves. Cet index sera initié dès 2023 pour les plus de 1000 salariés, en 2024 pour plus de 300 salariés.

La négociation sur l'emploi des seniors sera également rendue obligatoire.

"Pas un point final", selon Elisabeth Borne

"Nous voulons le dialogue. Cette présentation n'est pas un point final, nous sommes prêts à faire évoluer le projet et cela sera possible grâce à un débat parlementaire loyal et constructif", a achevé la Première ministre, qui, outre les élus de la majorité, mise sur le soutien de membres du groupe Les Républicains à l'Assemblée.

Partager :

Grève du 19 janvier : à Lyon, un mouvement social massif


Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 28 janvier 2023

Journal du28 janvier 2023

Journal du 21 janvier 2023

Journal du21 janvier 2023

Journal du 14 janvier 2023

Journal du14 janvier 2023

Journal du 07 janvier 2023

Journal du07 janvier 2023

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?