AccueilCollectivitésRéduire ses déchets : un acte citoyen

Réduire ses déchets : un acte citoyen

Sur les territoires rhônalpins, des actions de prévention sont menées par les collectivités pour diminuer les déchets ménagers. Des opérations de développement durable qui contribuent à réaliser des économies financières, à créer de l'emploi et du lien social.
Réduire ses déchets : un acte citoyen
D.R.

Collectivités Publié le ,

Avec le décret du 10 juin 2015, les programmes locaux de prévention des déchets ménagers et assimilés sont devenus obligatoires depuis septembre 2015 pour les collectivités. Pour atteindre l’objectif visé de réduction de 10 % de ces déchets, entre 2010 et 2020, l’Ademe Auvergne Rhône-Alpes a accompagné les actions des collectivités depuis 2009 par des opérations innovantes et originales, auprès de 40 territoires représentant près de 8 millions d’habitants, soit 68 % de la population de la région.

En allant vers un modèle économique plus respectueux des ressources naturelles et potentiellement créateur d’emplois, les habitants ont adopté d’autres modes de consommation. « Le volet production déchets est un maillon important de l’économie circulaire. C’est également le plus simple et le plus pédagogique qui incite le citoyen à être un acteur de ses déchets », affirme Nathalie Huck Frelier, présidente de l’Ademe Auvergne.

Déjà fortement développé en Rhône-Alpes, le compostage individuel a fait des émules et les collectivités ont instauré des opérations de compostage partagé ou autonome, à l’initiative des habitants ou en partenariat avec des bailleurs sociaux. Ce système de compostage en pied d’immeuble a permis d’éviter 11 000 tonnes de déchets par an. Et au-delà de ce bénéfice financier et environnemental, il a généré du lien social entre les citoyens d’un même quartier.

Neuf « donneries » au sein des déchetteries lyonnaises

Le marché de la réparation et du réemploi connaît aussi un bel essor en Rhône-Alpes. Des recycleries ressourceries collectent des biens ou des équipements inutilisés et les revendent d’occasion, donnant une seconde vie à de vieux objets. En partenariat avec des associations du réseau d’économie sociale et solidaire, la Métropole de Lyon a mis en place neuf « donneries » au sein des déchetteries lyonnaises, assurant le transfert de cette récupération vers les structures, telles qu’Emmaüs, le foyer Notre-Dame des sans abris, l’espace Vêtements du cœur, la P’tite rustine, les Bikers, etc. « L’objectif de la Métropole est de diminuer de 20 % les apports en incinération pour mieux recycler et d’éviter aussi la mise en décharge sur d’autres territoires », explique Emeline Baume, conseillère déléguée à la prévention des déchets de la Métropole de Lyon.

Une dynamique s’est créée sur l’ensemble du territoire rhônalpin. Chambéry a mené des actions de lutte contre le gaspillage alimentaire dans des cantines de lycées. Dans l’Ain, le programme de prévention basé sur une forte sensibilisation citoyenne, avec notamment des animations scolaires ou encore la récupération et le réemploi d’objets, a permis de réduire de 7 % les ordures ménagères et assimilés. Issue d’une opération collective réunissant cinq intercommunalités, une importante ressourcerie a été mise en place sur le bassin de vie de Bourg-en-Bresse, créant une vingtaine d’emplois en insertion.

Cette politique de prévention présente un fort enjeu avec un impact environnemental, social et financier. Elle s’annonce comme un défi majeur de développement durable que les collectivités françaises doivent se donner pour le XXIe siècle.

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?