AccueilActualitéSociétéReconversion professionnelle : changer de métier, du rêve à la réalité

Reconversion professionnelle : changer de métier, du rêve à la réalité

Chaque année de nombreux français s’engagent dans une reconversion professionnelle. Ces bifurcations autrefois imposées, sont maintenant choisies et recouvrent différents objectifs. Cette démarche est même devenue une vraie tendance de fond renforcée par l’épidémie du Covid-19 dont les périodes de confinement successives ont permis aux salariés de toutes catégories socio-professionnelles de s’interroger sur leurs aspirations. Focus sur la reconversion professionnelle.
Reconversion professionnelle : changer de métier, du rêve à la réalité
© DR

ActualitéSociété Publié le ,

Il était une fois un maçon devenu infirmier, un juriste reconverti en artisan fustier ou un ingénieur en informatique de retour des années après dans les vignes familiales. Convaincus que l’herbe est plus verte ailleurs, ils ont sauté le pas et entamé une reconversion professionnelle.

Ces parcours aux virages à 360 degrés ne sont pas si rares. Des salariés en quête de sens, en rupture avec les codes du monde du travail actuel ou encore désireux d’assumer des envies contrariées, osant se tourner vers leurs aspirations profondes.

En tout état de cause si le rapport au travail en entreprise a changé, le phénomène constitue une problématique pour les entreprises qui font déjà face à une pénurie de main d’oeuvre. "Il y a une vraie exigence de sens du travail, qui mérite que nos structures s’interrogent. Au-delà de l’effet Covid, nous sommes parfois face à des fonctionnements qui sont devenus très complexes, au regard de la réglementation, des normes, ou des circuits de décision et les individus peuvent s’y perdre", note Sarah Lesur, présidente de l’association des professionnels des ressources humaines de la Loire.

Depuis quelques années, le CFA du BTP Loire se confronte à ce phénomène de la reconversion en accueillant un tout nouveau public. Un infirmier oncologue, un ingénieur ou des jeunes ayant suivi des
études supérieures qui s’autorisent adultes à assumer un choix professionnel qu’ils n’avaient pu défendre auprès de leurs parents.

"Je n’ai pas encore quantifié cette part dans les effectifs du CFA, mais elle est significative dans toutes les sections", rapporte Armelle Rebaud, la directrice du centre de formation.(...) La suite de cet article est réservée à nos abonnés.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 21 mai 2022

Journal du21 mai 2022

Journal du 14 mai 2022

Journal du14 mai 2022

Journal du 07 mai 2022

Journal du07 mai 2022

Journal du 29 avril 2022

Journal du29 avril 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?