AccueilActualitéReconfinement pour au moins quatre semaines, plus de souplesse qu'en mars

Reconfinement pour au moins quatre semaines, plus de souplesse qu'en mars

Emmanuel Macron a annoncé un reconfinement du pays, toutefois moins dur que celui décidé en mars dernier, jusqu'au 1er décembre a minima. Les écoles resteront ouvertes, il sera possible d'aller travailler, et les Ehpad et maisons de retraite seront visitables.
Reconfinement pour au moins quatre semaines, plus de souplesse qu'en mars
Capture d'écran

Actualité Publié le ,

Emmanuel Macron a annoncé mercredi soir à 20 h un reconfinement de l'ensemble de la France au moins jusqu'au 1er décembre. La mesure entrera en vigueur vendredi à 0 h.

L'objectif est de faire chuter le nombre de contaminations de 40 000 à moins de 5 000 par jour, et ainsi de faire baisser la pression sur le système de santé déjà saturé par une deuxième vague de Covid-19 "qui sera sans doute plus dure et plus mortelle que la première", a souligné le président de la République.

"Donnons un coup de frein brutal aux contaminations car les hôpitaux sont saturés", a justifié Emmanuel Macron.

Trois grandes exceptions

Si le reconfinement marque le retour des attestations, la mesure sanitaire sera toutefois moins dure qu'au printemps dernier, avec trois grandes exceptions à la règle du "restez chez vous". Les crèches, écoles, collèges et lycées resteront ouverts, avec des protocoles sanitaires renforcés. Le travail pourra continuer, même si le télétravail devra être généralisé partout où ce sera possible. Enfin, les Ehpad et maisons de retraite pourront continuer à être visités.

Ce reconfinement ne devrait pas rimer avec activité économique paralysée, même si de nombreux petits commerces (coiffeurs, restaurants...), mais aussi le secteur des transports, seront fortement impactés. "Je ne crois pas à l'opposition entre santé et économie. Il existe un juste équilibre qu'il faut sans cesse rechercher", a déclaré le Président.

Un point d'étape dans quinze jours

Un point d'étape sera effectué dans deux semaines. Si la situation s'améliore, certains commerces pourraient être autorisés à rouvrir. "L'économie ne doit ni s'arrêter ni s'effondrer. Les usines, l'agriculture, le BTP doivent continuer à fonctionner", a martelé Emmanuel Macron, appelant à une forme d'union nationale pour sauver des vies et sauver l'économie. "Nous devons tenir, chacun à notre place, en nous serrant les coudes", a achevé le président de la République.

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?