AccueilCollectivitésQuatre territoires équipés d'un cabinet médical mobile

Quatre territoires équipés d'un cabinet médical mobile

Au premier semestre 2019, deux territoires d'Auvergne-Rhône-Alpes, suivis par deux autres courant de l'année, testeront des cabinets médicaux mobiles associés à un cabinet fixe. Une expérimentation pour répondre, en partie, à la problématique des déserts médicaux.
Quatre territoires équipés d'un cabinet médical mobile
Dok'Ici - Le cabinet médical mobile

Collectivités Publié le ,

Un centre de santé fixe, quatre médecins généralistes, un infirmier DE, un administratif et deux cabinets médicaux mobiles constituent le dispositif imaginé par les partenaires de l'association Aceso. Fondée à Lyon par les professeurs Jean-Louis Touraine et Véronique Treillet-Lenoir, l'association est gestionnaire de solutions santé fixes et mobiles. Présenté le 28 septembre à la préfecture du Rhône, cet équipement imaginé par Dok'Ici propose « une solution médicale mobile, sans rupture d'exercice pour le médecin puisqu'il est doté de tous les éléments que l'on trouve dans un cabinet médical traditionnel, et qui va au plus près des populations », explique Julien Ranc, chargé de projet.

Quatre territoires d'Auvergne-Rhône-Alpes, non dévoilés, expérimenteront le procédé. Ils correspondent aux nouveaux critères mis en place au niveau national par le ministère de la Santé. Leur indicateur d'Accessibilité potentielle localisée (APL) à un médecin est réduit et entre dans les Territoires de vie-santé (TVS) qui constituent la maille territoriale de référence du zonage déterminé par les Agences régionales de santé (ARS).

Les collectivités, souvent les communautés de communes, souhaitant bénéficier d'une ou plusieurs journées de ce cabinet mobile sur leur territoire, contractualisent avec Aceso. « Les collectivités sont associées à la démarche pour qu'elles incitent les populations à avoir recours à cette permanence médicale. »

Le dispositif répond à plusieurs enjeux : « apporter une partie de solution aux zones identifiées comme déficitaires en médecins, salarier des jeunes praticiens qui préfèrent désormais le salariat à l'activité libérale, donner envie à ces médecins de s'installer en libéral, dans l'avenir, sur une zone déficitaire, rapprocher les médecins des patients et répondre à un réel besoin », selon Julien Ranc.

Un cabinet médical mobile coûte 250 000 €. Plusieurs partenaires soutiennent financièrement l'opération : le Région dans le cadre du soutien à l'innovation dans les déserts médicaux, l'ARS ou encore l'Assurance maladie.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 15 janvier 2022

Journal du15 janvier 2022

Journal du 06 janvier 2022

Journal du06 janvier 2022

Journal du 01 janvier 2022

Journal du01 janvier 2022

Journal du 23 décembre 2021

Journal du23 décembre 2021

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?