AccueilActualitéHandicap psychique /Quand la famille va bien, le malade va mieux !

Handicap psychique /Quand la famille va bien, le malade va mieux !

Soutenue par la fondation Apicil, l'Union Nationale des Amis et Familles de personnes Malades et/ou handicapées psychiques (Unafam) accompagne les familles et les aidants de personnes souffrant de troubles psychiques. Elle a participé à de nombreuses actions lors de la semaine d'information sur la santé mentale.
Handicap psychique /Quand la famille va bien, le malade va mieux !

Actualité Publié le ,

« La meilleure façon d'aider son proche est de s'aider soi-même. Et pour cela, il faut briser l'isolement. » Pour l'avoir vécu, Olivier Paul, président de l'Unafam du Rhône, Union nationale des familles et amis de personnes malades ou handicapées psychiques, est bien placé pour parler de la situation des parents d'enfants schizophrènes, atteints de troubles bipolaires, de dépressions, de TOC et de toute maladie psychique qui se dévoile entre 14 et 30 ans. Des maladies qui font s'effondrer la personnalité, les relations et la vie sociale du sujet mais également de ses proches. Car ces pathologies, qui affectent 6 % de la population, souffrent de stigmatisation et désemparent les familles. « Elles doivent comprendre qu'elles ont besoin d'apprendre à gérer leurs émotions, à contrôler leurs pensées négatives et à changer de comportement avec leur enfant pour être plus performant dans l'accompagnement, » ajoute Paul Olivier. L'Unafam les empêche de sombrer en organisant des ateliers, des groupes de paroles, des rencontres et contribue à les convaincre que, malgré la maladie, la vie mérite d'être vécue. Bien accompagné, le patient peut alors s'autoriser à se reconstruire, à découvrir et à remettre en place ses capacités. Et les chiffres le prouvent : lorsqu'une famille est aidée, le taux d'hospitalisation du malade est divisé par deux. L'aide aux aidants est un enjeu de santé publique reconnu par l'ARS. Aussi, la détection et la prévention sont-elles primordiales pour faire face aux maladies psychiques qui affectent 100 000 personnes dans le Rhône et dont les arrêts de travail qui en résultent sont estimés à 12 Md € en France.

Depuis dix ans, l'Unafam du Rhône bénéficie du soutien, sous forme de mécénat, de la fondation Apicil à hauteur de 42 500 € afin de permettre la réalisation de projets à destination des familles et aidants familiaux.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 01 octobre 2022

Journal du01 octobre 2022

Journal du 24 septembre 2022

Journal du24 septembre 2022

Journal du 17 septembre 2022

Journal du17 septembre 2022

Journal du 10 septembre 2022

Journal du10 septembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?