AccueilActualitéPubli informations[Publi-information] Pôle emploi lance une initiative pilote pour former des aides-soignant(e)s

[Publi-information] Pôle emploi lance une initiative pilote pour former des aides-soignant(e)s

[Publi-information] Pôle emploi lance une initiative pilote pour former des aides-soignant(e)s
© DR - Julien Lalitte et Christèle Aubert.

ActualitéPubli informationsCommuniqué - Publié le ,

Bien avant le début de la crise Covid, les besoins en personnel se faisaient lourdement sentir dans les établissements de santé. "Il y avait un cruel besoin de bras, qui s'est encore accentué avec la crise sanitaire", analyse Julien Lalitte, directeur adjoint de l'agence Pôle emploi de Cournon d'Auvergne. Une tendance renforcée pendant les périodes de congés, les titulaires ayant besoin de se reposer, et plus encore dans les établissements accueillants des seniors. "Il devient en effet de plus en plus difficile de trouver des personnes pour suppléer nos soignant(e)s", reconnaît Christèle Aubert, directrice d'EPHAD à Beauregard-L'Evêque, dans le Puy-de-Dôme.

Car peu d'aides-soignant(e)s diplômé(e)s veulent travailler en gériatrie. Et ce n'est pas simplement une question de salaire ou de localisation. Comme les Ehpad manquent de bras, les équipes sont de plus en plus sollicitées et les établissements ne peuvent plus faire travailler leurs salarié(e)s en binôme, alors que cela permettrait notamment de diminuer les risques de TMS (les troubles musculosquelettiques). "Lorsqu'il s'agit de déplacer des résidents, les épaules, le dos… sont énormément sollicités, même si nous mettons du matériel à leur disposition", rappelle Christèle Aubert. Tandis que Julien Lalitte ajoute : "Le problème est le même dans toute la région Auvergne-Rhône-Alpes."

Une expérimentation dans le Puy-de-Dôme

Pour faire face à cette situation, le collectif Ehpad 63, qui regroupe une petite dizaine d'établissements du Puy-de Dôme, a donc sollicité Pôle emploi au début de l'année 2020. Avec un objectif précis : trouver de nouvelles ressources humaines en faisant appel aux demandeurs d'emploi du bassin clermontois.

"En réponse, nous leur avons proposé de mettre en place une action de formation conventionnée en partant de leurs besoins", explique Julien Lalitte. Dans le cahier des charges, les établissements ont indiqué de quelles compétences ils avaient besoin, afin que Pôle emploi adapte la formation. "Nous avons mis en place l'ingénierie de formation, nous avons assuré son financement, nous avons trouvé les personnes qui souhaitaient intégrer cette formation et, enfin, nous avons pris en charge la rémunération des stagiaires pendant la formation", poursuit-il.

Démarrées au mois de février 2020, les opérations ont été suspendues durant le premier confinement. Pôle emploi a donc relancé l'action en septembre, mobilisant toutes ses ressources. "Cette expérimentation a été montée en urgence et nous avons travaillé en synergie avec tous les services de Pôle emploi à tous les niveaux : régional, départemental et local", souligne Julien Lalitte. Le premier travail a consisté à identifier les personnes susceptibles d'entrer en formation.

Il a été réalisé en un temps record, en collaboration avec les conseillers des différentes agences du territoire. "Plus que de compétences, nous sommes à la recherche de personnes motivées, prêtes à se former pour nous rejoindre", précise Christèle Aubert.

Formation sur-mesure

Une fois cette étape de sourcing passée, Pôle emploi a monté un programme de formation s'étalant sur huit semaines, en s'appuyant sur l'Aformac, un organisme de formation installé à Clermont-Ferrand. Cette formation sur-mesure, spécialisée sur les métiers du grand-âge, a été élaborée à partir de besoins remontés directement par les Ehpad.

"La première session a réuni 10 personnes, qui ont travaillé sur les modules de formation représentant le socle commun indispensable pour travailler dans nos établissements : hygiène des locaux, pathologie du vieillissement, gestes d'urgence, gestes et postures, soins d'hygiène et de confort, aide aux repas et à la prise des repas", détaille la directrice de l'EPHAD de Beauregard-L'Evêque.

Enfin, pour assurer le succès de cette opération, Pôle emploi et les Ehpad impliqués dans ce projet ont passé un accord, stipulant que toutes les personnes engagées dans ce programme se verraient ensuite proposer un emploi. "C'est un point essentiel pour attirer des publics qui n'ont jamais travaillé ni été formés à ces métiers", estime Julien Lalitte. Au terme de leur cursus, qui s'est achevé le 18 décembre, les 10 personnes ont été recrutées, en CDI ou en CDD selon les cas.

Le modèle a fait ses preuves et d'ores et déjà d'autres Ehpad ont fait savoir qu'ils étaient intéressés. "Dans le Puy-de-Dôme, nous allons relancer cette action deux ou trois fois par an", affirme Julien Lalitte. Avant d'ajouter : "La réussite de cette action et les bonnes pratiques constatées au niveau local seront déclinées sur les autres territoires de la région, car les problématiques sont partout les mêmes sur ces métiers."

Les besoins en chiffres

1 178 offres d'emplois pour l'aide aux personnes âgées recensées en AURA

1 242 offres d'emplois d'auxiliaire de vie recensées en AURA

1 317 offres d'emplois d'aide ménager recensées en AURA

3 256 offres d'emplois d'aide à domicile recensées en AURA

Source : Pôle emploi Auvergne-Rhône-Alpes – décembre 2020

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?