AccueilArt de vivreSantéPsoriasis : bien vivre son été

Psoriasis : bien vivre son été

Vivre avec une maladie dermatologique s'avère parfois très pénible pour les patients. C'est particulièrement le cas du psoriasis. Encore plus en été, quand les corps se dénudent. Comment gérer au mieux sa maladie pendant cette période ?
Psoriasis : bien vivre son été
Quintanilla-shutterstock

Art de vivreSanté Publié le ,

Le psoriasis est une dermatose caractérisée par la survenue de plaques rouges bien délimitées, recouvertes d'épaisses croûtes de peaux blanches qui desquament. Comme tout un chacun, les patients souffrant de psoriasis souhaitent se vêtir légèrement pendant la période estivale. Or la majorité n’ose pas, anticipant le regard des autres. « La population générale est peu informée, et les idées fausses sur cette maladie ont la vie dure, explique le Pr Delaporte, chef de service en Dermatologie au CHRU de Lille. Encore 17 % des Français estiment que cette maladie est contagieuse. Pire, 7 % pensent qu’elle pourrait être liée à une mauvaise hygiène ! »
Pour François, 26 ans, atteint de psoriasis depuis l’âge de 14 ans, les vacances au bord de la mer relèvent toujours d’un véritable calvaire. « Je n’ose pas me montrer sur la plage, je crains la réaction des autres ». Pour le Pr Delaporte, « il est urgent d’informer le grand public. Ce sentiment extrême de stigmatisation est dévastateur pour nos patients. Plus de 20 % se replient sur eux-mêmes. Cet isolement va générer pour 80 % des malades des stratégies d’adaptation, d’évitement. Ils vont refuser de venir à la plage en maillot de bain, d’aller à la piscine et préfèrent se cacher. Ces situations leur rendent la vie infernale. Elle l’est déjà au quotidien, mais en été c’est absolument insupportable ».

Du soleil oui, mais avec modération

Cette dermatose est améliorée provisoirement par le soleil. « Pourtant, les patients doivent se conformer aux mêmes règles de prévention que la population générale, à cause bien entendu des risques de cancer cutané. Toutes les mesures destinées à apprécier le soleil dans de bonnes conditions sont valables. Il est impératif de savoir à quel phototype on appartient, de toujours se protéger avec des indices de protection élevés, de porter un chapeau et des lunettes. C’est un message encore plus essentiel pour les patients psoriasiques », insiste le Pr Delaporte.
Concernant les traitements, le Pr Delaporte insiste : « La photo-toxicité de certaines molécules peut être dangereuse. Aussi faut-il toujours se renseigner auprès de son médecin ou de son pharmacien pour savoir si le médicament que l’on prend est compatible avec l’exposition aux ultraviolets. Tous les traitements, systémiques ou locaux sont concernés ». Précisément sur la question des traitements locaux, François fait part de son agacement : « C’est peu dire que les traitements locaux sont contraignants au quotidien. D’autant plus en été quand on souhaite se dévêtir un peu ». Le Pr Delaporte conseille à ses patients « d’utiliser un émollient, donc un corps gras, après la douche du soir. Cela permet de compenser l’effet desséchant des UV ».
Toujours sur le même sujet, notre spécialiste tient à mettre les pendules à l’heure : « A partir d’un certain degré de surface corporelle atteinte par le psoriasis, l’utilisation exclusive de soins locaux relève d’un véritable calvaire. Nous ne pouvons pas contraindre un patient à se badigeonner matin et soir. Quand un psoriasis est sévère, vous devez le considérer comme tel, et donc prescrire un traitement par voie générale. »

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?