AccueilActualitéSociétéPrototypes en série - Carlhian, le savoir-faire lyonnais au service du monde

Prototypes en série - Carlhian, le savoir-faire lyonnais au service du monde

Quel pourrait bien être le point commun entre la garde royale d’Angleterre, les ecclésiastiques du Vatican ou les militaires de l’armée américaine ? Un fil ténu, mais pourtant bien présent : le textile.

ActualitéSociété Publié le ,

Du ruban au galon, des cannetilles aux cordons, toutes ces dorures sont en effet signées Carlhian. Un empire qui remonte à 1870 : à l’époque, Simon Carlhian ouvre une mercerie rue Paul-Chenavard, dans le second arrondissement de Lyon. En pariant immédiatement sur l’export, l’homme d’affaires parvient progressivement à asseoir sa notoriété sur l’ensemble des continents. L’entreprise survivra aux deux conflits mondiaux, avant de souffrir, contre toute attente, des affres de l’après-guerre, alors même que les tisseurs font face à une recrudescence des commandes et à de nouveaux concurrents.

De l'or, partout de l'or

Si Carlhian ne travaille pas en lien direct avec le client final, l’entreprise connait pourtant bien ceux qui portent ses dorures, ou l’art d’envelopper de traits brillants le fil de soie ou de coton, puis associer le « filé » obtenu en galons et en passements. Spécialisée dans la fabrication des fils et tissus métalliques et techniques (draps d’or et d’argent pour application, tresses et rubans), la maison réalise également des accessoires et des broderies pour uniformes, écharpes et glands de maire. Et ceci, jusqu’aux tissus conducteurs composant les tenues des escrimeurs ! Un savoir-faire reconnu dans le monde entier, que l’on peut aussi admirer sur les murs du palais royal d’Angleterre, du château de Versailles et de Fontainebleau. .../...

Lire la suite dans le Tout Lyon Affiches n° 5084 du samedi 18 janvier 2014

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?