AccueilSociétéPrototypes en série - Boccara, dernier empereur français du tapis persan ?

Prototypes en série - Boccara, dernier empereur français du tapis persan ?

Dans les années 1890, une mode sévissait dans les rues de France : celle de l’Orient.

ActualitéSociété Publié le ,

On en trouvait partout ! Meubles, vêtements, objets de décoration, dont faisaient bien sûr partie les tapis. Pour sûr, Lalou Boccara a trouvé là son filon. En provenance directe d’Italie, cette grande voyageuse décide de poser ses valises place Bellecour et d’y monter son propre commerce de tapis. Le succès est immédiat. Succombant aux charmes de la Perse ancienne, les plus illustres personnalités franchissent le seuil de l’établissement, qui compte, à l’aube de la Première Guerre mondiale, parmi les plus prestigieux de la ville. Preuve en est la place qu’elle occupe au cours de l’Exposition internationale de Lyon, en 1914, où la grande marchande a même l’insigne honneur de bénéficier du plus grand stand sur le pavillon oriental !Surfant sur cette vague d’exotisme, Boccara va prendre de l’ampleur. Dans les années de l’entre-deux guerres, une dizaine de boutiques vont ainsi voir le jour en France : Nice, Paris, Marseille, sans oublier une présence internationale significative à Alger. En son domaine, Boccara s’impose comme une institution. La recette d’un tel succès ? Le choix de l’excellence et des matières de première noblesse, en provenance directe de Turquie ou d’Afghanistan. Mais cet âge d’or ne devait pas durer. Suite au second conflit mondial, l’affaire allait brutalement péricliter et l’ensemble des boutiques, fermer leurs portes. Heureusement, un magasin allait encore et toujours résister à l’envahisseur …


Lire la suite dans le Tout Lyon Affiches n° 5087 du samedi 8 février 2014 …

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?