AccueilEconomieIndustrieProthèse mammaire révolutionnaire : Healshape lève 6 millions d'euros

Prothèse mammaire révolutionnaire : Healshape lève 6 millions d'euros

Accompagnée par Lyonbiopole depuis le printemps dernier dans le cadre de son nouveau programme d’accélération, la jeune société lyonnaise Healshape a séduit des partenaires financiers pour développer sa prothèse mammaire bio-imprimée en 3D.
Greffon Healshape
Photo Healshape - Greffon Healshape

EconomieIndustrie Publié le ,

La medtech rhodanienne Healshape a profité d’un premier semestre 2022 où tous les voyants étaient au vert pour accélérer son développement.

Sous l’impulsion de Sophie Brac de la Perrière, sa présidente et co-fondatrice, la société installée à Villeurbanne vient de boucler un tour de table, qui lui a permis de lever 6 millions d'euros.

Autour de Go Capital (via le fonds GO Capital Amorçage II) et Demeter (via le fonds FAIM), cette opération a mobilisé de multiples acteurs publics et privés : Bpifrance, via le fonds French Tech Seed, Crédit Agricole Création, Win Equity, Angels Santé, un family office, l’Institut de Cancérologie de l’Ouest (ICO) ainsi que des investisseurs privés.

Healshape va pouvoir accélérer

Conforté dans ses capacités d’investissement, Healshape compte maintenant accélérer le développement de sa prothèse mammaire bio-imprimée en 3D.

Pour développer cette innovation, Healshape peut s’adosser sur un brevet protégeant l’encre biologique, qui lui a été transféré par la société LabSkin Création et la plateforme 3d.FAB.

La première est spécialisée dans la fabrication de modèles de peau pour l’industrie cosmétique, tandis que la seconde est reconnue pour son expertise dans l’impression 3D appliquée à la médecine régénérative.

"La prothèse que nous développons est transitoire. Elle se résorbe en quelques mois pour ne laisser place qu’aux tissus d’origine. D’où la nécessité d’utiliser de l’encre bio compatible", précise Healshape.

L’encre utilisé est en effet conçue pour se résorber tout en favorisant la régénération des tissus au contact des cellules.

Cancer du sein : Healshape apporte une nouvelle réponse

Avec cette innovation, Healshape vise un marché qui représente plusieurs millions de patientes dans le monde chaque année. Le cancer du sein est la tumeur maligne la plus fréquente chez la femme.

Près d’une sur huit développe un cancer du sein au cours de sa vie et, en 2018, quelque 59 000 nouveaux cancers du sein avaient été détectés en France.

"Actuellement, seulement 14 % des femmes concernées choisissent une reconstruction mammaire via des implants. Cette proportion monte à 20 % en France", précise Healshape.

Bientôt un deuxième site à Nantes pour Healshape

Fort de ce constat, l’entreprise villeurbannaise parie sur une très forte croissance de ses activités à court terme. Après avoir signé un partenariat avec le Centre Léon Bérard, Healshape a d’ores et déjà développé une version de son prototype de bioprothèse et a obtenu de premiers résultats précliniques prometteurs.

Boostée par cette levée de fonds, l’entreprise va maintenant renforcer ses équipes et compte installer une nouvelle unité de recherche et développement à Nantes.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 26 novembre 2022

Journal du26 novembre 2022

Journal du 19 novembre 2022

Journal du19 novembre 2022

Journal du 12 novembre 2022

Journal du12 novembre 2022

Journal du 04 novembre 2022

Journal du04 novembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?