AccueilCollectivitésPrécarité des étudiants : la Métropole de Lyon et la Région au front sans concertation

Précarité des étudiants : la Métropole de Lyon et la Région au front sans concertation

Beaucoup d'étudiants vont mal dans cette période troublée par le Covid. La précarité grandit comme pour d'autres catégories sociales. La Métropole de Lyon, mais aussi la Région, sans concertation entre elles, ont déclenché des mesures d'aides.
Précarité des étudiants : la Métropole de Lyon et la Région au front sans concertation

Collectivités Publié le ,

Le territoire de la Métropole de Lyon compte 175 000 étudiants, la proportion de cette population en précarité est estimée à 10%, dont 5 % en grande précarité. Dans ce cadre, le président Bruno Bernard s'est rendu sur le site de la Doua à la rencontre des étudiants qui tiennent l'épicerie sociale Agorae, avec le président de Lyon1, Frédéric Fleury, et le vice-président de la Métropole, Jean-Michel Longueval.

Laura Lehmann, présidente de Gaelis (groupement des associations et élus étudiants de Lyon, indépendants et solidaires) a rappelé le besoin de solidarité des élus, a salué les efforts de la Métropole, notamment en matière de transports via le Sytral, et en appelle à la Région pour en faire de même avec le réseau ferré.

A noter que la Région, de son côté, a lancé un plan d'aides doté de 5 à 10 M€ en soutien à l'alimentaire, à l'aide psychologique, à l'accès à l'emploi pour les apprentis…

Par exemple, la Région lance un appel à projets doté de 200 000 € dans un premier temps dédié aux épiceries sociales et solidaires afin de garantir dans les internats la fourniture de paniers repas.

Par ailleurs, le Sytral que Bruno Bernard préside également doit voter prochainement la diminution à 25€ le prix de l'abonnement TCL 18-25 ans, et la création d'un titre à 10 € pour les boursiers et ceux qui bénéficient de l'aide d'urgence du Crous : coût 12M€ pour le Sytral. Mise en application à la rentrée de septembre.

Subventions

La métropole de Lyon, seule de France, par statut, à prendre en charge l'aide sociale, saupoudre différentes organisations de subventions exceptionnelles pour 260 000 € au total : Croix Rouge, secours, populaire, Banque alimentaire, Gaalis, secours catholique, restos du cœur.

De plus, environ 500 000 € ont été au titre de l'aide à l'accès au numérique pour les étudiants précaires depuis le début de la crise. La collectivité dirigée par les Verts-EELV, étudie toujours son expérimentation de revenu de solidarité jeune .

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?