AccueilEconomieIndustriePoxel vise les Etats-Unis

Poxel vise les Etats-Unis

La biotech lyonnaise qui développe un candidat-médicament pour traiter le diabète de type 2 a levé successivement 25 M€ sur Euronext en février et 20 M€ auprès d'investisseurs américains en juillet. Poxel compte s'appuyer sur ces derniers, référents dans le domaine de la santé, pour conquérir les Etats-Unis.
Poxel vise les Etats-Unis
Photo Henri Granjean : - Thomas Kuhn

EconomieIndustrie Publié le ,

Depuis sa création en 2009, Poxel, une spin off de Merck Serono, poursuit ses recherches sur l’Iméglimine, son candidat-médicament phare dans le traitement du diabète de type 2. L’année 2016 sera marquée par les dernières étapes de développement de ce médicament en phase 3 pour une mise sur le marché escomptée en 2019 ou 2020 en Europe, aux Etats-Unis puis en Asie. L’Iméglimine vise à freiner la progression du diabète en ingérant un cachet par voie orale pour retarder le moment où le patient devra passer aux injections d’insuline ; à prévenir les complications cardio-vasculaires liées à cette pathologie ; le tout en total sécurité grâce à 14 études cliniques réalisées sur 800 patients afin qu’ils vivent mieux avec cette maladie. « L’Iméglimine, une première mondiale, est protégée par 16 familles de brevets, souligne Thomas Kuhn, directeur général de Poxel. Les prochaines étapes consistent à s’associer à une big pharma pour l’enregistrement du produit, sa fabrication puis sa commercialisation en Europe et aux Etats-Unis. Il faudrait encore 250 M€ pour traiter 8 000 patients avant une mise sur le marché aux Etats-Unis. Poxel ne peut pas porter ces développements. L’association avec une big pharma le permettra. Poxel touchera alors des royalties. » Les derniers investisseurs américains entrés aux capital de la biotech cet été devraient contribuer à trouver le bon partenaire pour cette étape. En Asie, une zone qui localise 50 % des diabétiques, la phase de développement clinique 2b démarre sur les sujets, grâce à une petite équipe Poxel installée à Tokyo.
En parallèle, la biotech lyonnaise dévoile les premiers résultats encourageants d’un nouveau programme. Le candidat-médicament PLX770 vise à mimer les effets de l’activité physique pour un patient atteint d’un diabète de type 2. Ce produit pourrait être sur le marché à l’horizon 2022-2023.
Pour supporter les investissements en recherche, l’équipe Poxel de 18 personnes a bénéficié, depuis sa création, de plus de 100 M€ de fonds (investisseurs en capital risque et Bourse). A fin 2015, une trésorerie à 46 M€ lui permet de poursuivre ses recherches jusqu’à fin 2017.

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?