AccueilActualitéPollution à Pierre-Bénite : les poissons du Rhône impropres à la consommation

Pollution à Pierre-Bénite : les poissons du Rhône impropres à la consommation

Des substances perfluorées retrouvées dans la chair des poissons ont rendu impropre leur consommation selon la préfecture du Rhône. La conséquence d'une pollution industrielle découverte à Pierre-Bénite.
L’eau du Rhône sous haute surveillance
© Jacques Léone-Métropole de Lyon - L’eau du Rhône sous haute surveillance

Actualité Publié le ,

Depuis mai dernier et les révélations d’une équipe de journalistes de France 5 sur la pollution aux perfluorés dans le Rhône au niveau de Pierre-Bénite, la préfecture du Rhône a engagé un plan d’action pour un meilleur contrôle de cette pollution.

Les groupes industriels Arkema et Daikin devront stopper l’utilisation de tout additif PFAS (Substances perfluoroalkylées, Ndlr) d’ici fin 2024.

Le préfecture du Rhône recommande de ne pas consommer les poissons

Dans un communiqué datant du 31 octobre, la préfecture du Rhône indique par ailleurs que l’Agence régionale de la santé recommande de ne pas consommer les poissons du Rhône et du Garon dans le cadre de ces analyses.

Depuis cet été en effet, les services de l’Etat ont réalisé des prélèvements afin de mesurer la présence de PFAS dans la chair des poissons. "Les résultats révèlent la présence de PFAS dans toutes les espèces, en aval immédiat de la plate-forme de Pierre-Bénite mais aussi sur des stations plus éloignées. Le composé PFOS est retrouvé dans des teneurs parfois supérieures aux futures teneurs maximales sur les denrées alimentaires du règlement européen qui entrera en vigueur début 2023" indique la préfecture.

Par ailleurs, un plan de prélèvements a été mis en place par la Direction régionale de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt (Draaf), pour évaluer une possible contamination aux PFAS dans les cultures maraîchères irriguées.

Arkema va devoir réaliser des études complémentaires

La préfecture du Rhône a interdit à Arkema en septembre 2022, l’utilisation d’additifs PFAS d’ici fin 2024. La réduction des rejets de l’industriel se fera par paliers : mars 2023 (- 65%), décembre 2023 (-73%) et septembre 2024 (-80%).

Arkema doit aussi réaliser des études complémentaires dans l’objectif de limiter les prélèvements dans la nappe de polluants historiques.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 26 novembre 2022

Journal du26 novembre 2022

Journal du 19 novembre 2022

Journal du19 novembre 2022

Journal du 12 novembre 2022

Journal du12 novembre 2022

Journal du 04 novembre 2022

Journal du04 novembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?