AccueilActualitéPollution à Pierre-Bénite : le directeur du site d'Arkema se dit "profondément désolé"

Pollution à Pierre-Bénite : le directeur du site d'Arkema se dit "profondément désolé"

Après les révélations d'une équipe de journalistes concernant une large pollution aux perfluorés à Pierre-Bénite, et avant la diffusion jeudi 12 mai d'un reportage dans l'émission Envoyé Spécial, le directeur de l'usine Arkema réagit.
Pollution à Pierre-Bénite : le directeur du site d'Arkema se dit "profondément désolé"
© Google Maps Streetview - L'entrée du site Arkema à Pierre-Bénite. Le directeur de l'usine explique que l'entreprise "a besoin de temps pour comprendre

Actualité Publié le ,

Le directeur de l'usine Arkema de Pierre-Bénite a accepté de réagir auprès de Tout Lyon après les révélations concernant une vaste pollution aux abords immédiats de ce site industriel situé au sud de Lyon, à l'entrée de la Vallée de la chimie. "Je suis profondément désolé par ce qui se passe et nous ferons le nécessaire auprès des riverains", délivre Pierre Clousier, tout en soulignant attendre de plus amples informations : "Il est difficile de se positionner. Nous n'avons pas eu accès à l'étude complète."

A la source de l'affaire, une enquête journalistique d'une équipe de la série documentaire "Vert de rage" (France 5) à propos d'une pollution aux PFAS. Les perfluoroalkylées et polyfluoroalkylées forment une classe de substances chimiques qui permet notamment d'ignifuger ou d'imperméabiliser des objets, notamment du quotidien.

Les résultats ont été communiqués mardi 10 mai en réunion publique à la Maison de l'Environnement à Lyon. Et le reportage sera pour partie diffusé jeudi 12 mai dans Envoyé Spécial sur France 2 avant d'être visible en longueur dans "Vert de rage" sur France 5.

Des prélèvements autour de l'usine Arkema à Pierre-Bénite

L'enquête journalistique s'appuie sur une série de prélèvements de sol, d'air, d'eau et de lait maternel réalisés autour de deux usines de Pierre-Bénite, Arkema et Daikin Chemical. Les résultats ont été analysés par le spécialiste néerlandais Jacob de Boer. Ils concluent à une pollution étendue aux perfluorés, souvent qualifiés de "polluants éternels" car se dégradant très peu, nocifs pour la santé.

Le directeur de l'usine Arkema déclare que le site de Pierre-Bénite "ne produit aucun additif fluoré, mais en utilise par contre dans le cadre de ses productions". Pierre Clousier indique par ailleurs que les additifs ciblés par l'étude sont bioaccumulables, "or l'additif que nous utilisons ne l'est pas".

"En 2024, nous n'utiliserons plus ces additifs fluorés" Pierre Clousier, directeur de l'usine Arkema à Pierre-Bénite

Le dirigeant de la plateforme de Pierre-Bénite rappelle aussi que l'entreprise "veut s'affranchir de ces produits", à travers un gros effort de recherche et développement. "Nous en sommes à plus d'un an d'application sur certaines recettes. En 2024, nous n'utiliserons plus ces additifs fluorés", assure Pierre Clousier.

Arkema a "besoin de comprendre ce qui se passe"

Ce qui ne dédouane pas nécessairement Arkema pour de possibles pollutions passées, quand bien même il n'existe pas de normes sur ce type de produits. "Nous respectons toute la réglementation imposée et faisons l'objet de nombreux contrôles et inspections", complète le directeur d'un site classé Seveso seuil haut.

"Cela dit, la situation peut être liée à des activités anciennes de l'usine. Mais aussi d'autres activités à proximité. Nous avons besoin de comprendre ce qui se passe et d'où cela provient. A cet égard nous lançons une analyse complète, la Dreal à nos côtés. Nous allons jouer la transparence et travailler avec les associations de riverains", assure le directeur d'Arkema Pierre-Bénite.

Pollution à Pierre-Bénite : la Métropole de Lyon et la préfecture du Rhône réagissent

Elus locaux et pouvoirs publics n'ont pas tardé à réagir à l'étude sur la présence de perfluorés dans l'air, l'eau et le sol à Pierre-Bénite. A commencer par Bruno Bernard, président de la Métropole de Lyon, qui, dans un communiqué évoque "un constat préoccupant pour la santé des habitantes et habitants de notre métropole, (qui) nous alerte sur les pollutions chimiques liées aux activités passées et présentes dans la Vallée de la Chimie."

Et le président de la Métropole de souligner : "Dès le début de notre mandat, nous nous sommes attaqués aux pollutions générées par les activités humaines afin de réduire leur présence", listant ensuite les mesures engagées.

Quant à la préfecture du Rhône, là aussi à travers un communiqué, elle mentionne les nombreux contrôles effectués par les services de l’Etat (DREAL). "Le site d’Arkema, a été inspecté 11 fois en 2020 et 12 fois en 2021. Les inspections ont porté sur une grande diversité de points de contrôle, relevant à la fois des risques accidentels (études de dangers…) et des risques chroniques (pollutions). Le site de Daikin (non Seveso, mais soumis au régime de l’autorisation) a lui été inspecté deux fois en 2020", détaille la préfecture.

Elle indique enfin qu'elle va "mettre en place très prochainement une surveillance approfondie des rejets de perfluorés".

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 28 mai 2022

Journal du28 mai 2022

Journal du 21 mai 2022

Journal du21 mai 2022

Journal du 14 mai 2022

Journal du14 mai 2022

Journal du 07 mai 2022

Journal du07 mai 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?