AccueilSociétéPhilippe Decouflé, faiseur de rêves

Philippe Decouflé, faiseur de rêves

Que de chemin parcouru depuis ce jour où Philippe Decouflé a franchi la porte du CNDC d’Angers, alors qu’Alwin Nikolaïs, grand chorégraphe américain, en était le (premier) directeur.

ActualitéSociété Publié le ,

Alors qu’il caresse l’espoir, adolescent, de devenir dessinateur de BD, le destin en décide autrement. Fils d’André-Clément Decouflé, un sociologue et historien à l’esprit curieux et ouvert, le jeune Decouflé s’essaie au mime avec Isaac Alvarez avant de goûter la sciure des pistes de cirque avec Annie Fratellini. Finalement curieux de mouvement, il tente sa chance au CNDC alors qu’il ne danse que depuis un an et « ne sait pas poser un pied devant l’autre », selon les mots de Nikolaïs qui, flairant son potentiel, l’accepte sans difficulté.
Il se fait remarquer au concours de Bagnolet en 1983 avec sa première pièce, Vague café, et crée sa compagnie dans la foulée, DCA (pour diversité camaraderie agilité ou Decouflé’ s Company for the arts ou encore Défense contre avion). De 1985 à 1989, vont alterner chorégraphies et créations audiovisuelles, notamment un clip resté fameux dans l’histoire de la pop music pour le groupe anglais New Order et une pub pour Kodak, également célèbre dans le monde de la publicité (qui avait obtenu un lion d’argent à Venise en 1989). En 1989, Jean-Paul Goude fait appel à son esthétique bien déjantée dans le défilé commémorant le bicentenaire de la Révolution française pour une mémorable danse des sabots.
Mais son gros coup, c’est l’organisation des cérémonies d’ouverture et de clôture des Jeux olympiques d’Albertville en 1992. Alors que ces cérémonies étaient jusqu’alors des pensums de mauvais goût, il rassemble quasiment tous les danseurs professionnels de l’hexagone (environ 1 500) pour une prestation restée dans les mémoires du CIO, une sarabande échevelée et délirante qui conquiert les téléspectateurs du monde entier. La terre entière découvre son imagination débridée, son sens du spectacle, son goût des costumes et... son talent. Les cérémonies olympiques ne seront plus jamais les mêmes. .../...

Lire la suite dans le Tout Lyon Affiches n° 5092 du samedi 15 mars 2014

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?