Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

Peugeot 2008 un bel épanouissement

le - - Automobile

Peugeot 2008 un bel épanouissement

Après un valeureux coup d'essai avec l'avènement du premier 2008, introduit en avant-garde dans la catégorie courue des SUV urbains, Peugeot fait un coup de maître avec cette seconde génération, très inspirée par son aîné 3008 qui rencontre un succès fou.

Entre le premier 2008 du nom à la silhouette de gros break, et sa relève qui arrive, c'est le jour et la nuit. Car le nouvel opus a une allure folle, subtil mélange entre le style de la famille 3008/5008 et certains traits de la dernière 208, pour affirmer son caractère de SUV urbain au travers de volumes très sculptés chargés aussi de robustesse visuelle.

Le nouveau 2008 a également pris de l'ampleur, allongé de 14 cm sur son devancier, pour atteindre les 4,30 m. Plus spacieuses, les places arrières y gagnent en confort postural, surtout avec deux assises occupées seulement. Correct et pratique, le coffre de 434 l. est extensible jusqu'à 1,467 l. en 2 places.

En accédant à bord, le seuil de porte est légèrement plus relevé qu'à l'accoutumée, tribut à la présence de deux solides longerons chargés d'assurer une bonne rigidité de caisse sur tous les terrains.

Et à l'instar de la dernière 208, le 2008 se singularise du tout venant par son i-Cock- pit, associant petit volant et instrumentation numérique dernier cri en 3D.

Planche de bord et autres aménagements intérieurs transpirent la qualité, présentation globale et matières constitutives.

Avec un résultat spécialement enthousiasmant sur les meilleures finitions, GT Line et GT, qui chapeautent le stade d'accès Active et l'exécution intermédiaire Allure.

Construit à Vigo, Espagne, le dernier SUV urbain du lion démocratise les meilleures dispositions techniques des modèles supérieurs, aides à la conduite (tel le Drive Assist Plus – de série en GT - offrant une conduite semi auto- nome dans certains cas de figure) et connectivité.

Via un grand écran central – jusqu'à 10 pouces (25,4 cm) de large - et « touches piano » pour aller directement à la fonction recherchée, avec com- mande vocale ou raccourcis sur l'écran en autres alternatives.

Et selon la finition, l'écran incorpore les applis d'un smartphone ou délivre la navigation 3D connectée TomTom Traffic. Et même les mélomanes peuvent y trouver leur compte avec l'option Hi-Fi Premium signée Focal (à partir de 850 €).

Sous le capot, en aluminium pour contribuer à l'allègement général, on retrouve la palette habituelle des motorisations PSA, toutes munies d'un Stop & Start. Le 3 cylindres 1.2 PureTech essence (à partir de 21 500 €) se décline en 100, 130, et même 155 ch, apanage de la GT (32 900 €), associé à une boîte auto EAT8 – à 8 rapports – qui peut aussi épauler la puissance intermédiaire.

Deux 4 cylindres 1.5 diesel BlueHDI, en 100 et 130 ch, sont aussi de la partie (dès 23 100 €), alors que la propulsion tout électrique est aussi au programme (voir encadré).

Au volant du plus puissant 2008, le vaillant 3 cylindres essence turbo PureTech est prompt à monter en régime, mais sans toute l'allonge qu'aurait un 4 cylindres. Toutefois, les 8 rapports de la boîte automatique - à commande électrique - le rend à l'aise sur tous les profils routiers, montagne comprise.

Toujours un peu mieux en performances par rapport au 130 ch boîte manuelle 6 vitesses, ce dernier, hors chrono, fait globalement jeu égal, dans une sonorité plus rauque et toujours discrète, hors fortes accélérations.

La différence entre les modes de conduite Normal et Sport (avec direction plus affermie) s'avère également plus sensible sur le 130 ch, en raison de réglages spécifiques.

Avec, au bout du compte, une consommation légèrement plus favorable, et de toute façon réduite.

Dans les deux cas, 130 et 155 ch essence n'ont aucun mal à mouvoir les masses véhicules raisonnables, respectivement 1,192 et 1,205 kg, avec une bonne rigueur de trajectoire, caractéristique dynamique des Peugeot depuis des lustres.

Pesant légèrement plus sur le train avant, les deux diesel de 100 et 130 ch n'ont pas toute la neutralité comportementale des essence en virage.

Moins silencieux mais plus coupleux et très sobres, ils font néanmoins bien le « job » pour les grands rouleurs.

Brièvement conduit et fort de 136 ch, le e-2008 à chaîne de traction électrique assure aussi bien que les meilleurs blocs essence. Notamment par un accord confort / tenue de route aussi convainquant, malgré le bon quintal de plus, imputable à la batterie de grande capacité de 50 kWh (à partir de 37 100 €, bonus à déduire). Avec, à la clé, une autonomie maxi zéro émission de 310 km aux dernières normes WLTP.




Philippe DALASSIO
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer