AccueilEditos-BilletsPatrimoine gourmand

Patrimoine gourmand

La mouture 2016 des Journées européennes du patrimoine (17 et 18 septembre) devrait permettre aux amoureux des belles pierres et du travail bien fait et pérenne d'assouvir leur gloutonnerie et leur voracité pour ce type d'édifices.

ActualitéEditos-Billets Publié le ,

Ce rendez-vous avec l’histoire, qui portera sur la thématique de la citoyenneté, accorde cependant aujourd’hui une part non négligeable aux bâtiments peu remarquables sur le plan architectural, dépourvus le plus souvent d’intérêts décoratifs ou esthétiques, mais qui sont identifiés comme éléments constitutifs du bien commun. Dans cette veine et frappés du sceau de l’inédit lors de l’édition 2016, on exhume, de l’exhaustif programme rhodanien, le centre de gestion de la fonction publique territoriale, à Sainte-Foy-lès-Lyon, mais aussi la chaufferie-bois de La Mulatière ou bien encore l’ancien garage du Méridien à Charbonnières-les-Bains. Des lieux insolites, éloignés de l’image quasi sacralisée des bâtiments classés et de leur aura patinée par le temps.
L’appétence pour ces monuments en tous genres devrait être poussée à son paroxysme, à l’heure où le marché de gros Lyon-Corbas ouvrira, dans le cadre des JEP, ses portes au public. L’opportunité pour le plus grand nombre de mieux connaître les arcanes du « ventre » de la métropole et d’y dénicher des aliments et produits hautement palatables. Rappelons, mais est-ce bien nécessaire, que le repas gastronomique des Français a été inscrit en novembre 2010 par l’Unesco au patrimoine immatériel de l’humanité. Témoignage scriptural qui illustre le lien fort qu’entretiennent les Français avec la gastronomie.
Les Français, et les Lyonnais avec une acuité décuplée. En atteste la future Fête de la gastronomie (du 19 au 25 septembre) qui mettra à l’honneur les cuisines dites populaires. M ton Marché s’associe à l’opération en développant un concept sur une cinquantaine de marchés. Des chefs restaurateurs improviseront des recettes in situ à partir de produits offerts par les commerçants du marché. Avant une dégustation gourmande au gré des étals. Concomitant, l’événement « Manger bio et local ». Quelque 25 rendez-vous dans le Rhône et la Loire afin d’aller à la rencontre de producteurs présentant l’agriculture bio et les circuits courts de distribution, mais aussi des ateliers de cuisine participative et bien entendu des dégustations.
Des manifestations qui donnent envie et font saliver. En somme, patrimoine et gastronomie comme thaumaturges d’une société à l’actualité bien indigeste…

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?