AccueilSociétéPêche : ouverture du festival de Cannes

Pêche : ouverture du festival de Cannes

On est en droit de penser qu’il s’agit d’une défaillance passagère, liée aux conditions météos exécrables des mois de mai et juin (période d’ouverture de la pêche aux carnassiers, brochets et sandres), et au boycott de la délivrance des cartes de la part d’un certain nombre de dépositaires, en froid avec la Fédération départementale de pêche.

ActualitéSociété Publié le ,

« Ce qui a représenté une perte de 500 cartes », précise son président Alain Lagarde.
Sans, bien entendu, jouer les Madame Soleil, la saison 2014 se présente bien, avec « suffisamment d’eau en septembre et octobre derniers pour la remontée des truites, pas de crues lorsque les truitelles sont sorties des gravières, et un bon niveau d’eau actuel », analyse le président Lagarde. Du côté des pêcheurs, « les gens ont bougé plus tôt », sans doute pressés d’en découdre… A noter que l’engouement pour les cartes délivrées par Internet ne se dément pas : « nous doublons leur nombre tous les ans », indique le président Lagarde.
En revanche, la tendance est clairement à la diminution du nombre d’AAPPMA, les Associations agréées de pêche et de protection des milieux aquatiques, du fait de leur regroupement. Un phénomène incontournable, selon Alain Lagarde, qui est également président de l’Urfepra (Union régionale des fédérations départementales de pêche de Rhône-Alpes) : « Certaines associations ne sont pas viables et il leur est difficile de trouver des bénévoles. Les regroupements permettent aussi de dégager des moyens financiers plus conséquents ».
Les AAPPMA sont aujourd’hui 324 sur tout le territoire rhônalpin. Avec des situations contrastées selon les départements. Si la Haute-Savoie peut difficilement faire mieux en termes de concentration, avec seulement six associations, l’Isère (et ses 75 AAPPMA) reste très « morcelée » ; la Loire (33 associations) et le Rhône (40 contre 43 il y a deux ans) étant dans une situation intermédiaire. Au niveau fédéral, les actions pédagogiques font partie des priorités. En plus des « écoles de pêche » proposées par certaines associations, la fédération départementale du Rhône, pour ne prendre que cet exemple, a organisé en 2013, 525 animations auprès des écoles et centres aérés, soit quelque 5 000 enfants accueillis et initiés à la pêche. .../...

Lire la suite dans le Tout Lyon Affiches n° 5091 du samedi 8 mars 2014

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?