AccueilCollectivitésOrientations budgétaires : une Région " exemplaire " ?

Orientations budgétaires : une Région " exemplaire " ?

Orientations budgétaires : une Région
Le président Wauquiez et le 1er vice-président Etienne Blanc

Collectivités Publié le ,

« Nous voulons garder notre cap et protéger les habitants de notre région des augmentation d’impôts et de taxes. » Avec l’objectif de rester fidèle à ses engagements, Laurent Wauquiez est décidé à faire de la Région un exemple en diminuant la taxe sur les cartes grises, alors qu’elle est revue à la hausse dans toutes les régions françaises (sauf les Hauts-de-France). Une harmonisation des montants, jusqu’alors plus élevés en Auvergne (45 €) qu’en Rhône-Alpes (43 €), ajustera le coût de la carte grise à 43 € pour l’ensemble des habitants des deux régions fusionnées. Un effort qui s’inscrit dans un contexte d’équilibre financier malmené, de dégradation constatée par le cabinet Ernst & Young et résultant, selon Laurent Wauquiez, « d’une précédente gestion catastrophique ». Mais également dans un environnement économique national marqué par les restrictions. En effet, la baisse de la dotation globale de fonctionnement, amorcée en 2014, se poursuit en 2017 avec un manque à gagner de 52 M€ pour la Région Auvergne-Rhône-Alpes, alors que cette dernière devra désormais assumer les compétences économiques des Départements ainsi qu’une partie des compétences touristiques et agricoles.
« L’Etat est en train d’asphyxier les collectivités locales », s’insurge Laurent Wauquiez, déterminé à réduire les dépenses de fonctionnement pour pouvoir réamorcer les investissements. Des économies de 75 M€, comparables à celles de 2016, sont prévues en 2017. Elles devraient atteindre un total de 300 M€ à la fin de la mandature et permettront d’augmenter les investissements de 100 M€, les portant à 800 € cette année et à 4 M € en cinq ans. Investissements qui donneront la priorité à l’équipement des territoires et la ruralité, les infrastructures, la sécurité des lycées, des gares et des TER et la relance de l’emploi.


Un train de vie revu à la baisse

Pour réduire les dépenses de fonctionnement, la diminution du train de vie de la collectivité est une priorité de la Région. Quelques exemples d’économies qui seront réalisées sur le mandat : la baisse des indemnités des conseillers régionaux et du CESER : 8,7 M€ ; l’ " optimisation " du patrimoine immobilier : 6,6 M€, ;la réduction du nombre de vice-présidents à 15 au lieu de 29 : 5,5 M€ ; de conseillers régionaux membres de la commission permanente à 45 au lieu de 187 : 4 M€ ; d’emplois fonctionnels de 12 à 6 : 4 M€, la suppression des expositions subventionnées à l’hôtel de Région : 3,8 M€. Laurent Wauquiez entend ainsi démontrer qu’il n’existe pas de petites économies pour « arrêter le gaspillage de l’argent public ».

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?