AccueilArt de vivreGastronomie / VinsOreiller de la Belle Aurore : bis repetita placent

Oreiller de la Belle Aurore : bis repetita placent

Oreiller de la Belle Aurore : bis repetita placent
Photo : Michel GODET

Art de vivreGastronomie / Vins Publié le ,

Comme une évidence jamais démentie depuis 1935, la maxime de Curnonsky « Lyon, Capitale mondiale de la gastronomie » claque au vent entre Rhône et Saône. Il est vrai que l’on ne peut devenir une telle capitale du bien manger, si la proximité de produits gourmands d’excellence n’est pas au rendez-vous. Des produits et autres vins qui sont à eux seuls les pierres fondatrices de cet édifice gourmand, transcendées et mises en scène par de nombreux artisans.

Alors pour une fois ce n’est pas un chef, mais vous qui allez vous mettre au piano pour composer une partition de choix, avec en chef d’orchestre la Maison Reynon, forte de ses désormais quatre générations.

Après quelques belles charcuteries maison (Ah ce véritable saucisson de Lyon, ce pistaché !), vous pourrez commencer vos agapes par une quenelle au brochet maison simplement passée au four chaud, nappée d’une crème de Bresse. Point n’est besoin d’ajouter d’adjuvant pour la faire gonfler. Selon, vous pourrez ajouter une sauce Nantua à base d’écrevisses.

Passons à présent de ce dédale gourmand (Tuber Melanosporum, terrine de canard à la pistache, pâté de la Saint-Hubert…) à l’exceptionnel oreiller de la Belle Aurore. Un pâté carré monté en forme d’oreiller réalisé uniquement pendant les fêtes, cette année jusqu’à mi-janvier (et peut-être jusqu’au Sirha ?).

Créé dans les années 50 par Claudius Reynon (MOF), cette réalisation d’anthologie peut s’enorgueillir de peser 32 kilos, avec une quinzaine de viandes, dont une dizaine de gibiers ! Au hasard d’une liste à la Prévert, notons lièvre, garenne, chevreuil, marcassin, cerf, biche et pour les volatiles, pigeon ramier, perdreau, caille des Dombes, faisan, groose d’Ecosse marinée au whisky, volaille de Bresse AOC, canard mulard ou encore ris de veau tendre cuits en mirepoix, sans oublier foie gras d’oie et de canard, ainsi que des truffes parfumées de Rhône-Alpes en quantité ! Le bonheur est alors dans votre assiette, accompagné par un hermitage « Gambert de Loche » de la Cave de Tain.

Alors que vous reste-t-il à faire ? Vous en payez une tranche (92 € le kilo), inviter famille et amis, sans oublier de suivre avec un boudin blanc truffé Reynon, afin que vos agapes demeurent un inoubliable moment de convivialité gourmande et d’amitié !

Vous pourrez aussi tirer les rois et gagner fève et couronne…

C. Reynon Traiteur

13, rue des Archers

Lyon 2e

Tél. 04 78 37 39 08

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 26 novembre 2022

Journal du26 novembre 2022

Journal du 19 novembre 2022

Journal du19 novembre 2022

Journal du 12 novembre 2022

Journal du12 novembre 2022

Journal du 04 novembre 2022

Journal du04 novembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?