AccueilCollectivitésOn va à l'Observatoire de Lyon, le week-end prochain ?

On va à l'Observatoire de Lyon, le week-end prochain ?

On va à l'Observatoire de Lyon, le week-end prochain ?
Observatoire de Lyon

Collectivités Publié le ,

En complément de leurs travaux, les professionnels du Centre de recherche astrophysique de Lyon[1] et du Laboratoire de géologie de Lyon - Terre, Planètes et Environnement[2] se sont donné pour mission la diffusion de la culture scientifique et technique. Ils organisent des rencontres, des soirées d’observation, ainsi que des événements ponctuels de plus grande ampleur. À la fin du mois de juin, l’Observatoire ouvre donc ses portes à tous, comme il le fait tous les deux ans depuis les années 1980.

Au cours de ces deux journées, attendez-vous à croiser environ 3 000 personnes. Grâce à une programmation familiale et complète, les chercheurs partageront avec vous leurs passions, que vous soyez juste curieux ou désireux d’aller plus loin sur des sujets parfois pointus. L’objectif est de nourrir son esprit de découverte, ce qui vaut aussi bien pour les enfants que pour les adultes. Afin de cultiver cette curiosité, les « portes ouvertes » proposent des activités accessibles dès le plus jeune âge. Comme l’explique Caroline Vilatte, chargée de médiation scientifique à l’Observatoire, « l’état d’esprit, c’est que, pour faire aimer la science, il faut démarrer tôt ».

Avant même d’entrer dans le parc de l’Observatoire, vous établirez votre premier contact avec les sciences en croisant Neptune à l’arrêt de bus. Une maquette de la planète, du moins, associée à un panneau présentant ses caractéristiques. Par la suite, vous serez invités à suivre le sentier des planètes, avec des représentations à l’échelle de ces corps du système solaire permettant de visualiser les distances qui les séparent par rapport à leur taille, jusqu’à aboutir au soleil lui-même au pied des deux coupoles jumelées de l’Observatoire.

Libre à vous alors de vous déplacer de planète en planète, des tentes aux bâtiments, des ateliers aux conférences. Rencontrez les chercheurs dont la proposition de site d’atterrissage du prochain rover martien a été retenue par l’Agence spatiale européenne, découvrez comment s’établissent les prévisions météorologiques, comment se créent les tsunamis, qu’est-ce qu’un drone, à quoi servent les fossiles… Autant de questions que les chercheurs exploreront avec vous au travers d’animations stimulantes : « On a un côté recherche, et aussi un côté très ludique », souligne Caroline Vilatte.

Observer la nature, sous nos pieds et dans le ciel

Dans l’ancienne bibliothèque de l’Observatoire, au milieu des instruments anciens dont certains sont classés aux titres des Monuments historiques, une exposition s’inscrit dans la continuité de l’atelier de fouilles adressé aux tout-petits. Végétaux, poissons, insectes, crocodiles, œufs, excréments, empreintes de pas fossiles, une partie des premières collections paléontologiques universitaires de France sont sorties de leurs réserves pour mettre en lumière le travail de reconstitution des paléo-environnements effectué par les scientifiques.

En plus de leurs activités autour du soleil pendant la journée, les clubs d’astronomie amateurs participeront à la soirée d’observation du samedi, le moment incontournable du week-end. Tous les instruments présents sur le site seront pointés vers le ciel, dont l’un des deux impressionnants télescopes de l’Observatoire, avec son miroir d’un mètre de diamètre. Pour Caroline Vilatte, cette activité exprime l’objectif principal de ces journées « portes ouvertes », faire découvrir les sciences de la terre et de l’univers : « Le premier moyen de s’intéresser à la recherche, c’est de comprendre ce qu’on a sous les yeux ».

Les « portes ouvertes » de l’Observatoire de Lyon : de 14 h à 1 h le samedi 25 juin ; de 14 h à 19 h le dimanche 26 juin. Saint-Genis-Laval, programme complet disponible sur http://observatoire.univ-lyon1.fr



[1] Le CRAL est sous tutelle de l’université Claude Bernard Lyon 1, de l’ENS de Lyon et du CNRS

[2] Le LGL est sous tutelle de l’université Claude Bernard Lyon 1, de l’ENS de Lyon et du CNRS

Les sciences récompensent L’Exoconférence

L’artiste lyonnais Alexandre Astier vient de recevoir le prix Science et société de la Société française d’astronomie et d’astrophysique (SF2A) pour son spectacle L’Exoconférence. Par cette distinction, la SF2A souligne « la qualité et la portée de ce spectacle, œuvrant à la promotion de la culture scientifique en astronomie ».La cérémonie s’est déroulée le 16 juin au Musée des Confluences, lors de la Semaine de l’astrophysique de la SF2A organisée cette année par le Centre de recherche astrophysique de Lyon.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?