AccueilImmobilier-TP-Bâtiment« On ne peut pas se baser uniquement sur l'approche financière »

« On ne peut pas se baser uniquement sur l'approche financière »

Jean-Claude Aznavour est expert évaluateur immobilier depuis plus de 30 ans. Président du comité de pilotage des Rencontres nationales de l'expertise immobilière, il revient sur l'évolution de la profession.
« On ne peut pas se baser uniquement sur l'approche financière »
© DR

EconomieImmobilier-TP-Bâtiment Publié le ,

Vous dites que « l'expert évaluateur doit faire face aux nouveaux enjeux de l'expertise »…

La financiarisation a eu un impact réel sur les marchés. Nous intervenons désormais pour des fonds d'investissement qui ont une logique privilégiant le rendement à court terme plutôt que patrimonial. Au-delà, il y a la dimension environnementale et le développement durable à prendre en compte, tout comme les nouvelles spécificités des biens immobiliers.

Les méthodes d’évaluation ont-elles changé ?

Pendant plus d’un siècle, l’unique critère retenu par les experts évaluateurs était celui de la comparaison. Pour le logement, aujourd’hui, on utilise également la capitalisation du revenu locatif, c’est à dire que l’on détermine la valeur d’un bien immobilier à partir des revenus qu’il génère et on applique un taux de rendement. C’est un premier impact très direct de la financiarisation. Mais le monde judiciaire ne fonctionne pas toujours avec les mêmes codes. C’est un peu ce qui différencie les approches anglo-saxonnes, aux méthodes très financières, et les autres pays européens, qui évoluent dans la tradition du droit romain. À mon sens, on ne peut pas évaluer uniquement dans l’approche financière. La crise financière n'est elle pas une des conséquences de la financiarisation sur l'économie ?

Est-ce le past-président de TEGoVA France qui parle ?

Il y a 30 ans, notre profession était assez peu organisée. Rappelons qu'en France, la profession d’expert évaluateur immobilier n'est pas reconnue par l’Etat. Puis l’organisation européenne d’experts TEGoVA a établi une charte avec des normes européennes harmonisées pour la pratique de l’évaluation, qui est devenue une bible aussi bien dans le monde judiciaire que celui de l’amiable. Il y a quelques années, le label REV a été créé et compte aujourd’hui 300 experts certifiés. Au mois de juillet, un nouveau label, TRV, sera soumis aux experts résidentiels.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?