Fermer la publicité
Toute l'info éco, juridique, collectivités... à Lyon et dans la région / Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département

"On ne fait pas de spin-off avec une branche morte de l'entreprise"

Publié le - - Economie

"On ne fait pas de spin-off avec une branche morte de l'entreprise"

Robert Lachenal, président d'Amkeo, cabinet conseil en cession, rachat ou transmission d'entreprise, clarifie le champ d'application des spin-off

Lire aussi

http://le-tout-lyon.fr/spin-off-des-leviers-pour-l-innovation-5949.html

http://le-tout-lyon.fr/l-essaimage-enrichit-la-rd-d-ifpen-5952.html

http://le-tout-lyon.fr/seb-soutient-les-petites-cantines-5953.html

http://le-tout-lyon.fr/spin-off-des-leviers-pour-l-innovation-5949.html

La création de spin-off répond-elle à un phénomène de mode en voie d'essoufflement ?


Non, c'est toujours une tendance forte, qui trouve son origine dans la volonté des grandes entreprises de se recentrer sur leur cœur de métier. Il y a une quinzaine d'années, certains acteurs industriels avaient constitué des espèces de conglomérats, en achetant en amont et en aval. Quand ils ont voulu se séparer de certaines de ces sociétés le spin-off était la meilleure solution, car ils faisaient appel à des personnels de l'entreprise qui connaissaient parfaitement l'activité.

Le spin-off n'est-il pas aussi un bon levier pour éviter d'avoir à gérer un plan de licenciement ?


Si, bien entendu. Quand un métier n'est pas maitrisé par un groupe ou une grande entreprise, plutôt que de procéder à des licenciements, il est en effet préférable de trouver le ou les cadres qui vont reprendre le métier en question avec les hommes qui l'exercent au quotidien. Néanmoins, ce serait beaucoup trop restrictif de limiter le spin-off à ce cas de figure.

Quelles sont les activités qui peuvent ainsi être sorties de l'entreprise ?


L'informatique, par exemple. Certaines activités impliquent une logistique informatique énorme et coûteuse, que les groupes n'arrivent plus à maîtriser, alors qu'ils pourraient l'amortir sur d'autres clients. Certains préfèrent alors sortir cette activité de leur périmètre et la confier à un prestataire extérieur. En s'affranchissant d'une activité annexe, tout en gardant l'historique de la relation, le spin-off apporte une réponse idéale. Mais j'insiste, il s'agit d'un domaine annexe de l'entreprise, pas d'un domaine qui ne fonctionne plus. On ne fait pas de spin-off avec une branche morte de l'entreprise. Pour que le spin-off soit un succès, il faut qu'il y ait un avenir derrière la sortie.

Y-a-t-il des secteurs qui se tournent naturellement vers le spin-off et d'autres qui échappent à cette tendance ?


Je ne vois pas de logique au spin-off dans le high tech et pas trop dans la distribution. En revanche, cela a du sens dans l'industrie et dans les services à l'industrie. Mais plus que le secteur d'activité, c'est la taille de l'entreprise qui est essentielle pour s'engager dans la voie d'un spin-off.




Jacques DONNAY
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Toute l'info éco, juridique, collectivités... à Lyon et dans la région / Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer