AccueilCultureMusiqueNuits sonores à Lyon : Lous and the Yakuza, Nu Genea, Folamour... racines carrées

Nuits sonores à Lyon : Lous and the Yakuza, Nu Genea, Folamour... racines carrées

A l'occasion du "Day 2" de Nuits sonores à Lyon, focus sur la scène live-concert avec en vue Lous and the Yakuza, Nu Genea ou encore Folamour.
Nuits sonores à Lyon : Lous and the Yakuza, Nu Genea, Folamour... racines carrées
© Julien Verchère - Folamour, Lous and the Yakuza, Nu Genea, QuinzeQuinze sur la scène live de Nuits sonores jeudi 26 mai.

CultureMusique Publié le ,

Alors que l'édition 2022 se poursuit jusqu'à dimanche à Lyon, Nuits sonores concrétise sa volonté de renforcer encore sa programmation de jour sur le site industriel des ex-usines Fagor-Brandt.

Situé dans le quartier de Gerland, le lieu est devenu en quelques années le véritable phare du festival de musique électronique et de musiques indépendantes.

Nuits sonores 2022 : ce qu'en disent les premiers festivaliers

Occasion donc jeudi 26 mai d'aller faire un tour dans cette immense friche industrielle à l'occasion du "Day 2", pour une journée-soirée estampillée renouveau de la pop par les organisateurs de l'association Arty Farty.

Et, faute de pouvoir tout voir, de s'attarder sur la scène live-concert dans la halle 1, avec la promesse de sons métissés et d'artistes cherchant dans les racines - au sens large du terme - l'énergie nécessaire pour porter leur(s) musique(s) vers les hauteurs.

Avec QuinzeQuinze, Nuits sonores se raconte des histoires

Dans une halle sonnant encore creux en fin d'après-midi, on voit tout d'abord débarquer QuinzeQuinze, un collectif qui décrit lui-même sa musique comme "climatique". Sur fond de rythmiques obsédantes et de sonorités organiques, les cinq membres racontent des histoires. Et si on ne comprend pas toujours de quoi il retourne, la magie opère pourtant.

© Julien Verchère / La musique "climatique" du collectif QuinzeQuinze

Notamment quand Ennio, l'un des deux membres du collectif aux origines polynésiennes, empoigne le micro et impose son charisme rehaussé d'une cagoule à peine perturbante pour faire vivre l'orero (l'art oratoire traditionnel tahitien) ou distiller les himena tarave, des chants traditionnels.

Nuits sonores : Lous and the Yakuza, univers sombre, énergie folle

Pas de cagoule pour Lous and the Yakuza, l'un des visages musicaux de l'année écoulée et sans doute l'artiste la plus attendue du jour sur la scène live-concert.

Entre rap et pop, l'artiste et mannequin belge, congolaise et rwandaise dévoile un univers sombre (Dans la hess, Solo...) tout en dégageant pour autant une énergie incroyable sur scène à coups de textes et de mélodies entêtants.

A la fin du single Dilemne, elle se dit encore surprise qu'autant de gens connaissent les paroles de ces chansons. Il va sans doute falloir s'habituer, c'autant plus que Lous and the Yakuza vient de signer chez Roc Nation, le label de Jay-Z.

© Julien Verchère / Lous and the Yakuza jeudi 26 mai à Lyon

Nu Genea fait groover Nuits sonores

Après le set de Mangabey, porté par le featuring de Cindy Pooch, performance live dont on n'avoue avoir vu que les dernières minutes mais qui a visiblement fonctionné puisque la halle s'est largement remplie, s'avance Nu Genea live band.

Autour du duo Massimo Di Lena et Lucio Aquilina, les deux DJ qui ont fondé le groupe en 2014, une multitude de musiciens et d'instruments, à la mesure de la richesse de leur musique. Au premier rang devant la scène, des fans venus spécialement de Paris, jamais redescendus de l'orbite où Nu Guinea (devenu en 2021 Nu Genea) les avait satellisés le temps d'un set d'après eux monstrueux au New Monrning en 2019.

© Julien Verchère / Nu Genea, promesse tenue à Lyon

Dès les premières notes de Vesuvio, on décolle vers un ailleurs universel. Alors oui, le sud de l'Italie n'est jamais loin, mais Nu Genea ne s'appuie pas uniquement sur ses origines napolitaines pour délivrer un son hybride, disco-électronique léché à l'extrême, disco-boogie flirtant avec les entendues jazz, ou disco-funk comme sur le dernier single Marechià, sorti en 2021, avec la voix de Célia Kameni en français dans le texte.

Le public de la grande halle est pris dans un groove imparable sur le tubesque Tienaté. et soudain c'est l'été qui s'avance, les corps qui bougent et se serrent, les sourires qui fleurissent dans la foule heureuse d'être là.

Folamour, un artiste lyonnais pour transformer la halle en dancefloor

Une transition parfaite pour le set de Folamour, touche-à-tout de la musique électronique dont la house se nourrit là aussi de racines multiples.

Compulsif de l'écoute jusqu'à devenir sampler de l'extrême, ce Lyonnais s'est fait depuis cinq ans un nom sur la planète entière au gré de ses activités à géométrie variable, entre DJ set, composition, production...

© Julien Verchère / Folamour et "Power to PPL", une joie communicative

A domicile, l'homme au(x) bob(s) propose une expérience pleine de couleurs et de joie communicative avec son show "Power to the PPL". Pendant une heure trente, la halle principale des ex-usines Fagor Brandt est transformée en un gigantesque dancefloor.

Jusqu'à la reprise de l'orgasmique Stayin' Alive pour refermer dans l'allégresse collective un "Day 2" de Nuits sonores qui aura tenu ses promesses sur la scène live-concert. Des racines multiples pour des sets carrés, l'enthousiasme en supplément.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 25 juin 2022

Journal du25 juin 2022

Journal du 18 juin 2022

Journal du18 juin 2022

Journal du 11 juin 2022

Journal du11 juin 2022

Journal du 04 juin 2022

Journal du04 juin 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?