AccueilSpectacle vivantNuits de Fourvière : c'est dans les vieux pots…

Nuits de Fourvière : c'est dans les vieux pots…

Nuits de Fourvière : c'est dans les vieux pots…
© Lucie Bevilacqua, © Claude Gassian, © Philippe Abergel - Christophe, Cabrel, Souchon, Voulzy... Ils seront tous aux Nuits de Fourvière

CultureSpectacle vivant Publié le ,

L’année dernière, le festival lyonnais soufflait ses 70 bougies. Cette édition anniversaire très attendue fut aussi relativement décevante, exhalant comme un parfum d'austérité. Par bonheur, le millésime 2016 se révèle éclectique et bigarré. En programmant une trentaine de productions internationales, l’équipe de Dominique Delorme poursuit la belle histoire de cette manifestation qui reste la seule de Lyon à rassembler tous les arts du spectacle vivant. Radiohead en exclusivité, Baryshnikov à l’affiche, Elmosnino dans le préau du collège Jean-Moulin… Les propositions sont soignées et mettent à l’honneur le théâtre et le cirque.
Pourquoi refuser, alors, de s’enthousiasmer sans réserve ? Peut-être parce qu’en dépit d’une sélection rock décapante, emmenée tambour battant par PJ Harvey, The Last Shadow Puppets, Naive New Beaters ou encore Feu ! Chatterton, la septuagénaire accuse un peu son âge coté musique. Des mythiques Tindersticks aux Pixies, déjà présents l’année dernière, les come-back sont de mise en 2016. Même les rejetons de the Offspring, figure iconique des années 1990, interpréteront leur répertoire sur la scène du grand théâtre. Légendaires, peut-être, mais démodés. Vintage dira-t-on, à l’image des photographies de Tod Seelie, affiches du festival, placardées sur tous les murs de la ville.
Il n’y a qu’à regarder les Frenchies pour s’en convaincre. Entre Francis Cabrel et William Sheller, Souchon et son pote Voulzy, Christophe et Michel Polnareff, qui effectue son grand retour après 25 ans d’absence studio… Ne manque finalement que Renaud, Toujours debout comme il le clame, pourtant, sur son dernier opus.

Voyage, Voyage

Dans la création artistique comme sur le territoire de la Métropole, qu’on se le dise, la 71e édition des Nuits de Fourvière va nous faire voyager. « L’édition 2016 sera l’occasion de réaffirmer la place centrale du festival dans la vie culturelle de notre région et dans sa stratégie de développement », souligne même Gérard Collomb. Depuis les théâtres gallo-romains et les quartiers du 5e arrondissement, l’événement résonnera jusqu’aux guinguettes de Lacroix-Laval et à la patinoire Charlemagne, en passant par les grandes institutions culturelles (Maison de la danse, Radiant, Théâtre de la Renaissance, Célestins).

Informations et billetterie sur www.nuitsdefourviere.com

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?