AccueilEconomieNouvelle Région, les atouts auvergnats

Nouvelle Région, les atouts auvergnats

Nouvelle Région, les atouts auvergnats
© : DR

Economie Publié le ,

Position stratégique au cœur de l'Europe adossée à un couloir rhodanien incontournable, desservie par des axes routiers, aéroportuaire ou ferroviaire de premier ordre, première région de montagne d'Europe, première région française pour son volume d'emplois industriels, seconde région par sa population, troisième région la plus jeune, quatrième région la moins touchée par la pauvreté… la nouvelle entité cumule les bons points, se hissant généralement en tête des classements.

Mais les résultats du bon élève ne doivent pas masquer les disparités régionales. La moitié de l'emploi est regroupé sur quatre bassins, avec une croissance à l'est de la région tandis qu'un net ralentissement s'observe dans les zones d'emploi des Alpes et du Massif central. Ces différences se retrouvent aussi en matière de ressources. Si le revenu médian (20 300 € en 2012) est supérieur de 500 € à la moyenne française, il reste très variable, allant de 19 00 € dans l'aire urbaine de Saint-Etienne, qui compte une part importante d'ouvriers et d'employés, à plus de 30 000 € dans l'agglomération d'Annemasse.

Autant de défis à relever pour le nouvel exécutif de cette région aux compétences renforcées, tout en s'appuyant sur des structures intercommunales, incontournables, ancrées dans chaque territoire. En 2015, 270 communautés de communes couvraient les espaces les plus ruraux de la région. Souvent petites et peu peuplées, elles sont aujourd'hui engagées dans un processus de fusion, obligatoire ou volontaire, parfois interdépartementale. A l'opposé, les agglomérations se fédèrent (22 communautés d'agglomération en 2015), dont les métropoles lyonnaises et grenobloises sont aujourd'hui le fer de lance et dont l'attractivité peut parfois faire de l'ombre à la région elle-même.
Délicat exercice que de préserver les équilibres tout en construisant une identité forte pour une région unique de plus de 7 millions d'habitants – dont on se sait pas encore comment ils vont s'appeler.

Aura, Ara… ou Auvergne Rhône-Alpes ?

Depuis le 23 juin dernier, la super région s'appelle officiellement Auvergne-Rhône-Alpes. Ce nom « incarne la géographie et la tradition. Il affiche les trois territoires principaux de la nouvelle grande Région avec toute la force du sillon alpin, la locomotive du fleuve Rhône et l'Auvergne», défendait Laurent Wauquiez, président de la Région, a l'issu du vote à l'unanimité des élus.
Avant de soumettre ce nom, la région avait donné la parole aux lycées et aux habitants, recueillant près de 30 000 contributions. Si Auvergne-Rhône-Alpes et Rhône-Alpes-Auvergne arrivaient en tête des votes (trois quarts des participants), d'autres propositions ont émergé comme Centrealpes, Rhovergne, Auvralpes ou Monts de France.
Mais attention le président de la région se refuse à adopter et "à utiliser un acronyme désincarné". Exit donc, officiellement, les "Aura" ou "Ara". Le processus du choix du nom de la nouvelle Région se terminera avant le 1er octobre 2016 par la validation du nom de la région par le Conseil d'Etat.

Où se trouve le siège de la région ?

Lyon reste toujours depuis le 23 juin 2016, officiellement le siège de la nouvelle région, en lieu et place de l'ancien siège de la région Rhône-Alpes. Elle compte également des espaces de représentation à Chambéry (Savoie), Annemasse (Haute-Savoie), Grenoble (Isère), Bourg-en-Bresse (Ain), Rovaltain (Drôme), Privas (Ardèche), Saint-Étienne (Loire), Moulins (Allier), Aurillac (Cantal), Puy-en-Velay (Haute-Loire) et Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme).

Comment va s'organiser la région Auvergne-Rhône-Alpes ?

La Région Auvergne-Rhône-Alpes emploie 8 400 agents, répartis sur l'ensemble de son territoire (1 600 issus de Rhône-Alpes et 400 issus de l'Auvergne). Parmi eux, on compte 6 400 personnels des lycées. D'une soixantaine, le nombre de directions devrait passer à 25 directions, sous l'égide de 5 directeurs généraux adjoints (dga).
Le directeur général adjoint territoires et mobilités pilotera, depuis Clermont-Ferrand, les directions aménagement du territoire, infrastructures & économie digitale, jeunesse santé sport & handicap et agriculture. Le processus de réorganisation n'est pas encore terminé, la majorité des nouveaux directeurs n'ayant pas encore été nommée. Il devrait être effectif à la rentrée 2016.

Que va devenir l'ancien siège de Clermont Ferrand ?

La région n'abandonne pas le bâtiment qui abritait le siège de la région Auvergne à Clermont-Ferrand. Il abritera quatre directions (qui devraient avoir quelques représentants sur Lyon également). Des commissions permanentes, en lien avec ces directions, pourraient s'y tenir.
Réorganisé, le site pourrait être revalorisé, avec un rez-de-chaussée ouvert, un incubateur et un espace vitrine pour les entreprises. Rien n'est encore définitif mais "ce ne sera pas une coquille vide", assure-t-on du côté de la Région.
Quelles sont les nouvelles compétences de la région Auvergne-Rhône-Alpes ?

Traditionnellement, les régions avaient en charge la gestion des lycées, des transports régionaux, la mise en œuvre des actions de formation professionnelle et d'apprentissage, professionnelle et l'exécution régionale du contrat de plan. A ces compétences, s'ajoute une compétence renforcée dans le développement économique et social, dans l'aménagement du territoire ou dans la prévention et la gestion des déchets. Auvergne-Rhône-Alpes prépare son schéma régional de développement économique, d'innovation et d'internationalisation (SRDEII) et son schéma régional d'aménagement, de développement durable et d'égalité des territoires (SRADDET). Ils devraient être présentés d'ici à la fin de l'année 2016.
Qui dirige la région Auvergne Rhône-Alpes ?

En décembre 2015, 204 membres du Conseil régional ont été élus pour une durée de 6 ans. Ils forment l'assemblée délibérante du Conseil régional et siègent en assemblée plénière et en commissions thématiques. A leur tête un président, Laurent Wauquiez, épaulé par un exécutif régional de 15 vice-présidents et conseillers.
3,127 Md€
C'est le budget 2016 de la région Auvergne-Rhône-Alpes. Il est en légère baisse par rapport au cumul des budgets 2015 des deux anciennes régions (2,48 Md€ en 2015 en Rhône-Alpes et 671,32 M€ pour Auvergne). Ce nouveau budget est marqué par une baisse des dépenses de fonctionnement, "sans hausse d'impôts" assure Laurent Wauquiez, et par une hausse de 100 M€ d'investissements dans le numérique, la sécurité des lycées et des transports.

Tissu économique diversifié
18% de l'emploi salarié dans l'industrie, l'une des premières de France
8 secteurs clés de l'industrie : produits métalliques (Vallée de l'Arve, Saint-Etienne), caoutchouc et plastique (Clermont-Ferrand, Oyonnax), matériel électrique et électronique (Grenoble, Lyon, Cluses), machines et équipements (est de la région), industrie chimique, pharmaceutique, textiles et agro-alimentaire.
11 établissements de plus de 2000 salariés : Michelin, CEA, Sanofi Pasteur, Renault Trucks…
Tissu important de PME de tradition industrielle
46% des 30/34 ans ont un diplôme du supérieur

Cartographie de la région Auvergne-Rhône-Alpes

70 000 km2
7 757 595 habitants, soit 12,2% de la population française (2012)
17% de la population vit dans la Métropole de Lyon
85% de la population réside dans aire urbaine
43% de l'espace régional est rural pour 2% de sa population
3e région française la plus jeune : 1 habitant sur 2 a moins de 40 ans
4 centres hospitaliers universitaires (Lyon, Clermont-Ferrand, Grenoble et Saint-Etienne)
21 aires urbaines de plus de 50 000 habitants, dans le peloton de tête Lyon, Grenoble, Saint-Etienne, Clermont-Ferrand et le Genevois français.
270 communautés de communes en 2015
22 communautés d'agglomération

Une région avec un fort patrimoine
3 grands sites de France (Aven d'Orgnac, le Puy de Dôme, Puy Mary)
3 parcs nationaux et 9 parcs naturels régionaux
259 sites classés au titre de leur valeur paysagère (sur 2914 sites français)

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?