AccueilActualitéNouveau parc Saint-Antoine : LPA inaugure le parking du futur à Lyon

Nouveau parc Saint-Antoine : LPA inaugure le parking du futur à Lyon

Nouveau parc Saint-Antoine : LPA inaugure le parking du futur à Lyon

Actualité Publié le ,

Inauguré ce jeudi 1er juillet en présence notamment de Bruno Bernard, président de la Métropole de Lyon, et de Grégory Doucet, maire de Lyon, le parc Saint-Antoine nouvelle formule préfigure ce que pourrait être le parking du futur pour Lyon Parc Auto (LPA).

Un lieu de services, ouvert sur la ville et à toutes les formes de mobilité, loin de l'image de garage XXL qui colle encore à la peau d'équipements parfois qualifiés de simples "aspirateurs à voitures".

Plus qu'un espace de stationnement de véhicules (787 places automobiles, 200 places vélos, micro mobilités), le parc Saint-Antoine - réouvert au public depuis quelques heures - est devenu un lieu de services à destination des usagers de la ville, qu'ils soient habitants, professionnels, visiteurs ou touristes...

© Baptiste Chuzeville / Le parc fait une place privilégiée aux véhicules électriques.

Le plein de services

Concrètement, on pourra y retrouver un espace d'informations où il sera possible, en partenariat avec OnlyLyon, d'acheter le Lyon City Card, de réserver des visites guidées et d'avoir accès à l'ensemble des informations touristiques de la ville.

Au travers du partenariat avec Com'Hic c'est la réservation des vélos à assistance électrique ou des trottinettes qui est ouverte. On pourra aussi y réserver un vélo taxi pour se déplacer en ville.

Le vaste parc vélos de 200 places offrira une douche, des casiers sécurisés et un mini-atelier de réparation. Un service de réparation à la demande sera également proposé dans les prochains jours, tout comme un espace de coworking de 17 m de longueur avec fauteuils insonorisés, mobiliers connectés... A partir de l'automne, un service de livraison d'achats permettra de faire ses courses et de les récupérer directement au parking.

Une vitrine de savoir-faire LPA

Ces innovations en matière d'usages s'ajoutent aux services déjà proposés par LPA (accès et paiement via smartphone, système de réservation
à l'avance, nouveau système de guidage à la place plus écologique...).

Avec ce parc Saint-Antoine, LPA s'offre en quelque sorte une vitrine pour demain. "Plus qu'une évolution, ce parking marque une véritable mue de LPA que nous entendons poursuivre dans les années à venir", exprime Fabien Bagnon, Président de LPA. "Notre responsabilité est à la fois d'optimiser ces équipements afin qu'ils puissent aider à libérer de l'espace en surface et à être des lieux plus ouverts et pas uniquement des lieux de stockage".

© Baptiste Chuzeville / Faire entrer la nature jusque dans les sous-sols, l'un des paris de LPA au parc Saint-Antoine.

Un jardin fluvial en complément

Le parc Saint-Antoine est également très lié au projet Terrasses Presqu'île porté par la Métropole de Lyon. Celui-ci fera la part belle aux mobilités douces et à la qualité de vie, avec un jardin fluvial de 8500 m2 à aménager le long de la Saône comprenant une halte fluviale, une terrasse de 1 200 m2 et plus de 90 arbres.

"Le jardin fluvial des bords de Saône parachèvera l'aménagement des rives mais nous allons aussi transformer le quai Saint-Antoine en surface. Jusqu'alors, cette voirie était exclusivement dédiée à la circulation automobile. Désormais, nous allons faire la part belle aux piétons, aux cyclistes et aux transports en commun", déclare Bruno Bernard, président de la Métropole de Lyon. "Il s'agira d'une traduction très concrète de la façon dont nous envisageons la ville : apaisée, végétalisée, sûre et confortable pour les piétons et les cyclistes."

Plus que jamais et jusqu'aux sous-sols des parkings, la voiture va devoir partager encore davantage l'espace au coeur de Lyon. Un équilibre entre usages urbains dont le nouveau parc Saint-Antoine doit devenir une forme d'exemple.

Rêves de Saône, quand l'art s'invite au parking

Fidèle à son engagement d'intégrer des œuvres d'art dans ses parkings, LPA a proposé à Véronique Ellena, artiste plasticienne photographe française, de créer une œuvre en résonance avec l'espace urbain dans lequel le parc Saint-Antoine s'intègre.

Visible à différents niveaux, "Rêves de Saône" est une création photographique sur verre assemblant des prises de vues des berges de Saône et d'objets issus des fouilles archéologiques du chantier.

Le travail réalisé par l'artiste a utilisé une technique d'impression sur verre, les couleurs étant ensuite réhaussées lors de la réalisation du vitrail par Pierre-Alain Parrot, maître-verrier.

© Baptiste Chuzeville

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?