AccueilEconomieEntreprise de la semaineNoShow parie sur la vente à emporter

NoShow parie sur la vente à emporter

NoShow parie sur la vente à emporter

EconomieEntreprise de la semaine Publié le ,

Début 2019, les jeunes entrepreneurs lyonnais Alexane et Charlie Roux, créateurs de l'agence de création de sites web sur-mesure Je sors en ville, récidivaient. En proposant aux restaurateurs et métiers de bouche, la cible privilégiée de leurs activités, une solution digitale pour gérer les réservations : NoShow, ou comment éviter le « syndrome de la chaise vide ». S'ajoute la gestion des bons cadeaux, la création de sites web « standard », les actions de communication.

Une suite digitale qui vient s'enrichir d'une fonctionnalité très utiles pour des restaurateurs touchés de plein fouet par la crise sanitaire, cherchant à sauver une partie de leur chiffre d'affaires : la gestion de la vente à emporter. Ou comment optimiser ses stocks, sa production et gérer le flux des commandes clients. Ce module de click and collect, en marque blanche et personnalisable, se veut abordable et hyper-simple d'utilisation. « Nous avons compris que les restaurateurs avaient besoin de solutions simples pour alléger leur quotidien», explique Alexane Roux : « Si pour certains, le digital était considéré comme l'ennemi numéro 1, ils ont compris qu'ils s'agissait d'outils pour générer du chiffre d'affaires ».

Le client commence par rentrer le jour et l'heure du retrait de sa commande puis l'offre est proposée en fonction du créneau saisi. Le paiement se fait en ligne de manière sécurisée et l'addition peut même être partagée avec d'autres facilement. Le client reçoit un SMS ou mail avec un QR code à présenter dès que sa commande est prête. On peut également gérer les créneaux de retrait pour éviter des flux trop importants et respecter les règles sanitaires. Toutes les rubriques de plats ou produits à emporter sont modulables et toutes les modifications de l'offre faciles à générer.

NoShow propose un module sans commissions, sans frais de mise en place et à un tarif « attractif » de 60 €, sur abonnement mensuel sans engagement (plus une formule encore moins chère, avec un abonnement d'un an). Un pari, car leur modèle économique ne sera viable qu'avec du volume. « Nous avons besoin d'avoir 400 établissements clients d'ici au mois de septembre pour atteindre la rentabilité », précise la jeune chef d'entreprise, une start-up qui fait travailler 5 personnes.

Trafalgar Maison de Portraits & Ksenia Vysotskaya

Alexane Roux : « Nous sommes sur une évolution du mode de consommation »

Le module de click and collect de NowShow a été lancé la semaine dernière… Comment a-t-il été accueilli par les restaurateurs ?

Nous avons déjà une bonne trentaine d'établissements qui y ont souscrit, dont 60 à 70 % sont lyonnais. A l'image du Bistrot du Potager ou de Daniel et Denise. 30 % sont déjà clients de NoShow, les autres sont de nouveaux clients qui peuvent être aussi intéressés par le reste de notre offre globale, notamment la réalisation d'un site Internet.

Dans le contexte actuel, la vente à emporter permet de maintenir un peu d'activité… Après la crise, pensez-vous que cette tendance perdure ?

Nous sommes là sur une évolution du mode de consommation. Lorsque les établissements rouvriront, ce ne sera pas dans les mêmes conditions, avec les mêmes capacités. Les clients demanderont un lien sécurisé, et la vente à emporter continuera à être une source de revenus et donc une solution pérenne pour les restaurateurs. On constate d'ailleurs qu'une belle proportion des premiers utilisateurs de notre module ont choisi la formule d'abonnement avec engagement sur un an.

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?