AccueilEditos-BilletsEdito : Nom de domaines

Edito : Nom de domaines

Nommer les choses, c'est les faire exister. Et en règle générale, le nom est parfaitement obvie. Mais en certaines circonstances, en trouver un revient à s'acquitter d'un long pensum.
Edito : Nom de domaines
DR

ActualitéEditos-Billets Publié le ,

Certifiée depuis le 1er janvier 2016, la naissance de la grande région Auvergne - Rhône-Alpes (ou Rhône-Alpes - Auvergne, si l’on préfère pour ne pas froisser les susceptibilités des ex-voisins, désormais assimilés) n’a toujours pas débouché sur une dénomination. La collectivité, aujourd’hui présidée par l’élu LR Laurent Wauquiez, a, dans un premier temps, sollicité les lycéens. Au terme de la concertation, 4 500 propositions ont été collectées. Fruits de l’inventivité fertile des lycéens, quelques originalités : « La Volc’en Loire », « Lyon et Montagnes » ou plus pragmatique mais terriblement efficace, « R2A ». Parmi les plus inventives ou décalées, voire farfelues, « La Rhognale ». On vous laisse juge… Dans un communiqué, la collectivité se félicite en tout cas de l’implication réelle de « la jeunesse de notre grande région (qui) a su faire preuve d’imagination ».
Place désormais à la consultation grand public. Depuis le 9 mars et jusqu’au 25 mars, les habitants d’Auvergne - Rhône-Alpes peuvent décliner leurs idées, leurs projets, leurs suggestions via le site de la collectivité territoriale (www.auvergnerhonealpes.eu/nom). Un exercice d’équilibriste tant il s’avère problématique de dénicher l’appellation congruente aux histoires, aux cultures, aux spécificités, aux caractéristiques propres des deux entités, auvergnate et rhônalpine. On ne saurait trop conseiller aux potentiels participants de replonger avec délice dans l’œuvre de Boileau qui a écrit : « Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement, et les mots pour le dire arrivent aisément ». Et si votre production ne vous sied guère, « sans perdre courage, vingt fois sur le métier, remettez votre ouvrage ». Car le jeu en vaut la chandelle. Un nom, telle une bannière, fédère, affilie, coalise, unit, et, in fine, dynamise.
Au terme de cette seconde phase de consultation dite populaire, un choix sera soumis par l’exécutif régional à l’assemblée délibérante, qui transmettra le sien, définitif, à l’Etat avant l’été. Il reviendra alors au Conseil d’Etat, par décret, de baptiser le nouvel ensemble avant le 1er octobre 2016.
Indépendamment de cette recherche de marque, une interrogation semble poindre. Celle du coût généré par le changement de nom. On se souvient de l’impact financier suite au passage, à l’époque, de conseil général en conseil départemental. Pour la Région, bis repetita. Il conviendra de revisiter la signalétique des bâtiments, les logos sur les supports administratifs, sur les divers équipements et matériels, notamment publicitaires ou de communication, estampillés région… Sans omettre les modifications à apporter sur Internet : changer les adresses mail, les sites et modifier les noms de domaines. Dans un contexte budgétaire contraint, des dépenses excessives seraient mal perçues.
Alors, changer de nom, oui ! Obérer un budget… nom !

L.O

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?