AccueilSociétéNicole Corti, l'attout choeur

Nicole Corti, l'attout choeur

Sa naissance dans les Vosges relève de l’anecdote.

ActualitéSociété Publié le ,

Car, dès l’âge de deux ans, Nicole Corti suit ses parents à Pierre-Bénite, où sa famille, des immigrés italiens, s’étaient installée. Au lycée Juliette Récamier, elle se prépare à faire des études de médecine. Mais son Bac D en poche, la jeune fille, que sa mère rêvait de voir jouer de l’accordéon, succombe au chant des sirènes et poursuit son cursus de flûte à Genève.
Le hasard la ramène sur les bords de Saône où elle subit d’amicales pressions pour passer le concours de la nouvelle classe de direction d’orchestre au conservatoire de Lyon. « Il fallait trente candidats pour ouvrir la classe, se souvient-elle. J’ai pris une semaine de congés pour me préparer. Serge Baudo et Sylvain Cambreling faisaient partie du jury de ce concours où j’étais la seule femme ». Entre-temps, les élus d’Irigny, qui connaissent son activité d’enseignante à Caluire, lui proposent de créer une école de musique. Mission qu’elle accepte d’autant plus volontiers qu’elle peut réfléchir à la place de la musique dans la société et l’éducation. En 1974, après un stage de formation, elle lance un projet original, basé sur la Méthode Willems où l’enfant apprend la musique avant même de savoir lire et écrire. Nicole Corti a 21 ans.
Pendant un temps, elle mène de front ses études de flûte à Genève et de direction d’orchestre au Conservatoire avec la direction de l’école d’Irigny. En 1979, le lancement du CNSMD (conservatoire national supérieur de musique et de danse) de Lyon ouvre de nouvelles perspectives. Encouragée par Jacques Bertholon, cette passionnée de marche et d’espaces naturels déserte Genève et s’inscrit dans la classe de direction de choeurs que dirige Bernard Tétu. En parallèle, elle renforce la place de la voix à l’école d’Irigny où cette épicurienne, amateur de cuisine légère et raffinée, recrute des professeurs qui savent chanter, « y compris les instrumentistes ». Ces enseignants vont constituer le socle de l’ensemble vocal d’où émergera, en 1981, le Choeur Britten. .../...

Lire la suite dans le Tout Lyon Affiches n° 5093 du samedi 22 mars 2014

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?