Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

Nicolas Caquot, directeur général de l'Infirmerie Protestante de Lyon

le - - Homme ou femme de la semaine

Nicolas Caquot, directeur général de l'Infirmerie Protestante de Lyon
©Gaelle Merceron - Nicolas Caquot

Après un an en tant que directeur général adjoint, Nicolas Caquot vient de prendre la tête de la clinique pour mettre en œuvre le projet d'établissement « I.P. 2022 ».

Dans un secteur marqué par la complexité des organisations et les contraintes financières, Nicolas Caquot, 46 ans, relève le défi de positionner l'Infirmerie Protestante comme un établissement de référence au niveau régional et national. Diplômé de l'Ecole Supérieure de Commerce de Sophia Antipolis et de l'Ecole des hautes études en santé publique, le nouveau directeur général possède plus de 10 ans d'expérience à des fonctions de direction d'établissements de santé. Il a ainsi occupé le poste de directeur administratif et financier du Centre Léon Bérard à Lyon de 2008 à 2015, puis de directeur général adjoint du groupe hospitalier mutualiste de Grenoble de 2015 à 2018.

Sa prise de fonction coïncide avec la mise en place du nouveau projet d'établissement IP 2022 autour du développement des expertises, de l'innovation et des partenariats. « Nous voulons consolider nos pôles d'expertise en cardiologie interventionnelle, chirurgie cardiaque, viscéral et cancérologie. Nous souhaitons aussi nous diversifier sur d'autres spécialités en croissance telles que l'ophtalmologie, la chirurgie orthopédique et la neurochirurgie », fait savoir Nicolas Caquot. Cinq praticiens ont été recrutés ces derniers mois et 4 à 5 recrutements supplémentaires sont prévus en 2020. « Nous avons entamé une réflexion sur nos bâtiments. Nous pourrions agrandir l'espace de consultation et revoir le parcours patient en ambulatoire », annonce le directeur.

L'innovation concernera la transformation numérique et digitale avec un système d'admission en ligne et de formalité à distance pour simplifier la prise en charge des patients. « Nous expérimentons Hospihôtel, une offre d'hébergement temporaire non médicalisé. Des patients en chirurgie ambulatoire ont accès à deux chambres, bientôt trois, en avant ou après-séjour », indique également Nicolas Caquot. La récente acquisition du Centre Emilie de Vialar, en collaboration avec le Centre Léon Bérard, est une bonne illustration des partenariats. « La collaboration médicale avec d'autres établissements est importante pour préserver notre indépendance », conclut le directeur.




Severine RENARD
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer