Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

Neyret Group : de Chaponost à Changzhou

le - - Entreprise de la semaine

Neyret Group : de Chaponost à Changzhou

Créée en 1987 par Guy Neyret, cette PMI basée à Chaponost a su se forger une image suffisamment forte pour livrer et installer ses machines spéciales dans plus de 25 pays. Une dynamique de développement dans l'Hexagone comme en dehors des frontières que Bruno, le fils du créateur, entend bien prolonger à l'avenir.

Pour Neyret Group, l'histoire a commencé il y a plus de 30 ans à Oullins. Passée ensuite par Sainte-Foy Les Lyon, où elle est restée une quinzaine d'années, cette entreprise spécialisée dans la conception, la fabrication et l'installation de machines spéciales d'assemblage et de contrôle, a finalement atterri à Chaponost il y a 12 ans. « Lorsque j'ai démarré à Oullins, j'avais 11 personnes à mes côtés, se souvient Guy Neyret, le créateur de l'entreprise. Dès le départ, nous étions spécialisés dans la fabrication de machines spéciales et nous avons conçu et développé notre première machine pour Citroën. »

Si l'automobile reste un des secteurs d'activités où Neyret Group place ses machines, il y a bien longtemps que les constructeurs ne sont plus ses clients directs. « Aujourd'hui, nous travaillons pour les équipementiers. Travailler avec les constructeurs en direct c'est trop compliqué. Et en plus ils paient mal », confirme-t-il. Désormais, c'est le secteur de la pharmacie qui porte l'activité de l'entreprise, générant environ 60 % de son chiffre d'affaires. Viennent ensuite l'automobile, l'industrie électrique, la connectique, le nucléaire, le solaire, la bureautique, la cosmétique…

Pour aborder tous ces marchés et leur proposer des machines correspondant à leurs besoins, Neyret Group a racheté la société Lagniel SAS en 2006. Installée à Douvres, dans le Calvados, elle est venue enrichir la gamme qui repose désormais sur la production de machines à cinématique indexée, machines à cinématique continue, machines flexibles, machines pilotes, machines semi-automatiques.

Ainsi structuré, Neyret Group s'est imposé dans l'Hexagone, puis a pris pied à l'international, qui pèse aujourd'hui 50 % de l'activité. « Nous sommes notamment très présents en Asie, avec des ventes en Chine, au Japon, en Malaisie, en Inde... », détaille Bruno Neyret, qui a rejoint son père à la tête de l'entreprise il y a quelques années, après un parcours formateur à l'international. « J'ai notamment travaillé en Chine de 2010 à 2016 », ajoute-t-il.

Une expérience personnelle qui a été bien utile en 2017, lorsque Neyret Group a fait le choix d'installer une filiale commerciale, baptisée NAAM, à Changzhou. « C'est une première étape avant d'autres développements dans le pays, assure Guy Neyret. Nous avons attaqué l'Asie il y a 20 ans, en vendant deux machines au Japon. Au départ, nous avons suivi des clients qui se sont implantés localement. Puis nous avons contacté des clients chinois en direct et nous avons a vendu notre première machine en fin d'année 2018. Avec NAAM, nous voulons pénétrer le marché chinois qui représente un potentiel énorme. »

Guy et Bruno Neyret : « Nous serons bientôt implantés aux États-Unis »

Que représente votre groupe ?

Neyret Group emploie aujourd'hui 200 personnes, dont un peu moins de 140 à Chaponost, et réalise un chiffre d'affaires de 27 M€. La société Neyret contribue pour 16 M€ et notre filiale Lagniel apporte le reste, en attendant que NAAM développe nos activités en Chine.

Quels sont vos objectifs pour les prochaines années ?

A terme de 5 ans, nous avons la volonté d'élargir notre champ d'intervention, notamment en nous implantant aux États-Unis. Ensuite il y aura l'Inde, où nous vendons déjà, mais qui est très en retard. C'est un pays de contrastes et nous allons prendre notre temps avant de l'aborder plus activement. Pour l'heure la priorité est au développement en Chine et aux États-Unis. Nous sommes d'ailleurs en négociation pour racheter une entreprise dans ce pays. La cible a été identifiée et l'opération devrait être bouclée dans le courant de l'année. C'est une structure qui emploie une vingtaine de personnes sur le quart Nord-est du pays.

Pourquoi cette entreprise et cette partie des États-Unis ?

Aux États-Unis, l'industrie pharmaceutique est principalement installée entre Chicago et New-York, mais un pôle important est en train de se créer en Caroline du Nord, autour de la ville de Charlotte et à Greenville. Tout simplement parce que c'est un État qui propose de grosses exemptions de taxes depuis plusieurs années pour se réindustrialiser. Nous vendons déjà des machines dans le pays, mais nous ne sommes pas présents physiquement et nos clients souhaitent que nous allions sur place pour assurer le customer service.




Julien THIBERT
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer