AccueilEconomieMyriam Bardinet, la polyglotte

Myriam Bardinet, la polyglotte

Myriam Bardinet, la polyglotte
DR

Economie Publié le ,

Son léger accent trahit ses origines hispaniques, son histoire raconte sa culture française. A 8 ans, Myriam Bardinet arrive en France. Avec cette installation, naîtra son goût pour le patrimoine. Elle n'aura de cesse de se cultiver, de lire, de s'enrichir de la culture européenne à travers ses différents passages dans "les meilleures universités européennes", celle de l’Université de Franche-Comté à l'Université de Bologne en passant par Strasbourg ou les Pays-Bas. "Je voulais sortir du strict cadre franco-français et donner une véritable orientation internationale avec mes études de droit", souligne la diplômée, titulaire d'un master en droit public et un autre en droit international.

Outre le français, la nouvelle directrice générale d'Imaginove maîtrise, 4 langues : l'anglais, l'espagnol, l'italien et l'allemand. En ce moment, elle apprend le portugais. "C'est assez facile de saisir les rouages de cette langue latine", s'amuse l'ancienne directrice d'un cabinet de conseils spécialisé en droit international à Mendosa, une région vinicole prospère d'Argentine, internationale et multiculturelle. Un pays où elle s'expatrie pendant 6 ans, menant également des actions bénévoles pour une fondation de coopération internationale, Pro-Europa, destinée à "établir des échanges entre les entreprises, les universités, les associations et les autorités publiques entre les pays d’Amérique du Sud et l’Union européenne. En Argentine, il est normal d'avoir plusieurs casquettes, le contraire est parfois suspicieux. Ce mélange des genres favorise la créativité même si le manque de rigueur dans les affaires et la difficulté pour les femmes de se faire entendre ne rendent pas les choses toujours évidentes", explique la juriste.


De cette période, elle conserve un goût prononcé pour l'innovation – elle deviendra à son retour la directrice du cluster Franche Comté numérique - et pour le cinéma argentin, symbole de cette énergie du Nouveau Monde et du style qu'elle apprécie, enlevé et optimiste. "Il faut avoir vu les Nueve Reinas, les neufs reines, l'histoire de deux petits délinquants qui s'associent pour essayer de voler une collection de timbres rarissimes. Ce film est très représentatif de la vivacité du pays", explique la curieuse de nature, attachées aux valeurs collectives et à la solidarité, qu'elle découvre en Argentine, mais avant tout à Bruxelles où elle œuvre, un temps, dans un cabinet de conseil juridique, économique et de lobbying pour le compte des organisations, des institutions communautaires mais aussi les grandes ONG.
"La vie associative contrebalance les intérêts privés, plus égoïstes. On y œuvre pour le bien général, prompt à résoudre des problématiques communes", souligne-t-elle. A 39 ans, Myriam Bardinet veut profiter du temps présent, prête à mettre son énergie et ses facultés de " mises en relation" au service du développement de l'association, "vers l'Auvergne, notre futur nouveau périmètre et à destination de nos adhérents pour leur permettre de gagner en visibilité, surtout au niveau européen, en accentuant la recherche de financements et les actions communes avec d'autres clusters", indique l'ancienne championne régionale de tennis, désormais adepte du "sport bien-être".
De Lyon, qu'elle vient de découvrir, elle a une première bonne impression. "On y sent une belle énergie, très porteuse. Je viens d'arriver mais je suis très bien accueillie. J'ai hâte de rencontrer tous les acteurs économiques de la région", conclut-elle, enthousiaste.

Myriam Bardinet en 5 mots clés

Date : Eté 2003, le passage d'une très longue période d'études à la vie professionnelle où l'on concrétise enfin ses propres ambitions

Lieu : Bologne (Italie), une ville au patrimoine culturel fort

Ambition : Enrichir sans cesse ses connaissances

Citation : "Un pour tous, tous pour un"

Personnalité : Mère Teresa, pour son implication dans la communauté

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?